On appelle ça la loi des séries, celle qui fait que quand un appareil électrique tombe en panne, il entraîne dans sa chute certains de ces congénères, la solidarité des machines certainement. Cette fois-ci, l'odieux responsable de la mutinerie robotique, c'était l'aspirateur.
Et oui on aurait pas dit comme ça, c'était un aspirateur sans histoires, toujours prêt à rendre service, jamais un mot de travers et pourtant sous ces apparences trompeuses se cachait un ignoble consp-as-pirateur. Non content de cesser le travail le jour où je lui en intimais l'ordre, il a rallié à ses idées contestataires, un morçeau de choix en la personne de l'ordinateur. Le salaud il frappe là où ça fait mal.

Une centaine d'euros plus tard, l'instigateur du complot a été démembré pour l'exemple, son remplaçant est un modèle de docilité et l'ordinateur a une alimentation toute neuve.

Pendant ce temps là à Vera-Cruz il s'est passé quoi ? En vrac, des gens en retard ; enfin j'ai le chauffage ; j'ai reçu les Dividi commandés sur CDiscount (28 jours plus tard, Ca tourne à Manhattan et The thing) ; des gens trés en retard ; une trés bonne soirée rock ; plein le cul du taf ; 1ère dispute avec Mina et 1ère chambre à part (ou plutot cuisine à part en ce qui la concerne) et enfin des gens trés, trés, trés en retard !!!

Le prochain qui est en retard il finit comme l'aspirateur.