Quand la lumière s'est rallumée, j'étais comme toute la salle les yeux hagards, silencieux, la boule dans le ventre, peut-être même un sentiment de culpabilité alors que je n'y suis pas directement pour quelque chose.
Culpabilité devant la mort à petits feux de millions d'africains par des mécanismes multiples, le fameux "cauchemar de Darwin" qui donne son titre au film. On n'est plus au stade de l'évolution de l'espèce chère à Darwin mais plutôt au stade de la destruction. Un pseudo-intello, le seul à avoir la force de parler une fois le film terminé, lance "c'est les gens qui étaient pas au courant qui sont choqués". Bullshit !!
En quoi le fait de savoir doit rendre insensible, en quoi la mort de millions de personnes à des fins capitalistes est-elle non ou peu choquante sous prétexte que l'on est au courant ? Personnellement je ne m'habitue pas à la barbarie.
Le processus est le suivant : l'introduction d'un poisson, la perche du Nil, extrêmement prédatrice et cannibale, a entrainé la disparition de la faune aquatique du lac Tanzanie, hormis cette espèce trés recherchée pour sa chair. Le commerce de la perche du Nil est aux mains des "européens" dont les avions amènent des armes et repartent chargés de tonnes de poissons.
1 pierre 2 coups.
Prostitution, malnutrition, famine, drogue…sont quelques uns des fléaux qui résultent de ce commerce, sans que cela ne choque personne ou ne donnent d'idées pour endiguer le procesus.

Excellent film-documentaire dont on ne ressort pas indemne mais nécessaire si cela peut faire évoluer les choses (un brin d'optimisme), cependant il faudrait pour cela que les médias en parlent un petit peu plus. A titre d'exemple, le documentaire sur la malbouffe et l'empire Mc Donalds "Super size me" sorti l'année dernière, a bénéficié d'une couverture médiatique trés largement supérieure. "Le cauchemar de Darwin" est en quelque sorte le némésis de "Super size me" par rapport au sujet traité, j'espère de tout coeur qu'il aura le même succés mais c'est mal parti.
La mort de millions d'Africains est apparement mois "flashy" que l'obésité de millions d'Américains.