Règle n°1 : Ne pas transpirer lorsqu'il fait 40 degrés au bas mot, dans une salle de 6000 personnes.
Règle n°2 : Ne pas être épileptique.
Règle n°3 : Ne pas jeter les prospectus donnés à l'entrée du concert, ça peut servir d'éventail (voir règle n°1).

Malgré le fait que je n'ai respecté que 2 règles sur 3, j'ai apprécié à sa juste valeur LE concert de Nine inch nails hier soir au Zenith. Comme l'an dernier à la même époque pour les Pixies, le Zénith est un four, un sauna, l'enfer sur terre, le Vésuve, bon bref il fait un peu chaud !!! A tel point que les gars torses nus et les nanas en sous-tifs sont légion.
Les Dresden Dolls sont chargés d'assurer la 1ère partie (qui a dit de chauffer la salle ??) et ils le font plutôt bien les bougres, avec seulement une batterie et un synthé. Les white stripes peuvent aller se rhabiller. Ca fait plaisir de voir une 1ère partie acclamée, tout le contraire de Queen Adreena la semaine dernière en 1ère partie de Marilyn Manson mais bon j'avoue que c'était quand même mérité. Tant qu'ils y étaient ils aurait pu siffler le sieur Manson car son concert c'était aussi du bon foutage de gueule, heureusement que j'avais des places gratos (merci Bruno et Babwin).
En tout cas hier soir, Reznor et sa bande ont prouvé une fois de plus que si c'est Manson qui est médiatique (et ramène du coup tous les gamins de 14 ans à ces concerts), c'était au Zénith qu'il fallait aller et non à Bercy pour voir un vrai concert.
2h de pur bonheur pour le fan que je suis, sans rappel mais bon aprés 2h on les excuse volontiers, avec Wish pour commencer et tous les "tubes" tel Closer, March of the pigs, Terrible lie, Hurt, Head like a hole…
Un petit aperçu de ce que donne NIN en concert avec une version de Wish datant de 1995 ici, vous allez mieux comprendre la règle n°2.