novembre 2005


"Un air de déjà-vu". Cette expression française trés apprécié outre-atlantique sied parfaitement à ma situation actuelle. Depuis quelques mois les évènements s'enchainent avec un mimétisme parfait sur ceux d'il ya maintenant 3 ans 1/2, avec comme point d'orgue un séjour à l'hosto et une immobilité de plus de 2 mois. Adieu veaux, vaches,cochons,trek au Népal…
Arrivée aux urgences jeudi soir, je passe la journée de vendredi à attendre qu'on vienne me chercher pour l'opération. Finalement on me donne à manger et à boire le soir, l'opération est reportée au lendemain, trop d'urgences. Je commence à avoir mal.
Samedi,10h, l'heure des braves, il neige, je suis à poil, masque à oxygène, piqure, dodo. 14h, salle de réveil, j'ai froid, je tremble, j'ai mal, j'ai trés mal. Sur une échelle de 0 à 10 ? je peux dire 12 ? Mon ami la morphine est là pour me faire descendre l'échelle, je suis entre 2 eaux, j'entends les râles des autres malades qui se réveillent à côté de moi. Retour dans la chambre vers 15h30, on m'apporte à manger mais attention nourriture et morphine ne font pas bon ménage…
Dimanche visite de potes, on se marre bien, j'oublie l'espace d'une aprés-midi que je suis à l'hosto, à 600 bornes de ma famille. La bouteille du drain est quasi-pleine, on la change avant la nuit, au total je remplirais 160ml, bien loin des 900ml dont me parle une infirmière.
Plus que 2 jours avant la sortie, j'en peux plus, je dors mal, ya rien à la télé, rendez moi les 160 euros de la redevance.
Mardi, le drain est enfin enlevé, on vient me platrer pour 45 jours et je peux enfin décoller…aprés avoir rempli les formalités administratives d'usage.

C'est bon d'être chez soi.

Publicités

sebastienschuller3

Sebastien Schuller était à la Cigale hier soir. Aprés les sauts et pitreries du festival des Inrocks, l’ambiance hier soir était plus calme mais pas pour autant feutrée. Ici pas de gros rock qui tâche mais de la musique électronique, mélancolique, hypnotique, accompagnée par de superbes images la plupart du temps en noir et blanc, projetées derrière la scène. Comme cela avait été le cas pour M83, je ne savais pas trop à quoi m’attendre en live et comme pour M83 j’ai été trés agréablement surpris. Tantôt à la guitare, au synthé, au xylophone, à l’harmonica (mais pas en même temps), accompagné d’un batteur, un synthé, un bassiste et un guitariste, Sebastien Schuller a su recréer sur scène l’émotion que l’on ressent à l’écoute de son 1er album « Happiness« .
Le groupe français Villeneuve chargé d’ouvrir les débats a récolté un beau succés d’estime, une belle découverte. Des extraits de leurs morceaux sont en écoute sur leur site.

Fin de soirée au Truskel où viennent s’échouer la plupart des groupes jouant sur Paris pour y faire un DJ set. Lundi par exemple, c’était Bloc Party aux platines et hier soir c’était….Sebastien Schuller.

Hier soir Bloc Party se produisait à Paris pour la 6ème fois en 1 an. En ce moment la mode est de dénigrer ce groupe, considéré il y a peu par les mêmes grincheux comme LE groupe de l'année. Oui mais voilà quelques radios "commerciales" se sont mises à diffuser les singles dans les oreilles de Mr tout-le-monde et ça ça plait pas à Mr j'aime-que-les-groupes-underground. C'est pas nouveau mais je trouve ça toujours ridicule, je me lasse pas de la connerie faut croire.
Bref, pour moi c'était la 3ème fois que je les voyais en 1 an et je m'en lasse pas non plus. J'en profite ce sera peut être le groupe d'un seul album, qui sait. Et puis les bougres ne sont pas avares de leurs efforts et sont plutôt sympas. Hier soir, ils étaient apparement trés content de jouer dans une grande salle comme le Zenith en tête d'affiche. J'avoue avoir préféré leur concert à la Cigale mais plus pour le côté "chaleureux" de la salle que pour leur performance à proprement parler sur laquelle je n'ai rien à redire.

Avec tout ça j'ai pas eu le temps de parler de ma soirée de Dimanche donc même si je sais qu'il ne lit pas ce blog, un grand coup de chapeau à Fred Chau pour sa performance sur la scène du Reservoir dans le cadre du Comic Street Show. Se lancer devant plus de 200 personnes, les faire rire, alors qu'on est complètement novice dans le domaine (de la scène pas du rire) c'est pas donné à tout le monde. Encore Bravo et j'espère que ce n'est qu'un début.

Fini les groupes refusant de jouer sous des prétextes tous plus farfelus les uns que les autres (les fameuses crash-barriere d'Oasis à La Médoquine de Bordeaux, mythe ou réalité ?), fini les tournées épuisantes de 6 mois aux 4 coins du globe, fini les postillons sur les 1ers rangs du public (Edwyn Collins style), Gorillaz a la solution.
Lors des derniers MTV music awards à Lisbonne, le groupe était "sur scène" pour interpréter leur titre "Feel Good Inc" et jouait en même temps à l'Opera House de Manchester !!
Le secret ? ce n'est ni la présence des plus grands illusionistes tel David Copperfield ou Gérard Majax mais des personnages en 3D et un système de "miroirs et fumées" vieux comme le monde.
Le résultat est ici.

Aprés le Sudoku, le nouveau casse-tête casse-bonbons, le oukiléletoto ? (réponse en fin de post)
Kaiser

Ce soir pour les heureux possesseurs de la TNT, sur France4, émission spéciale en direct de Bordeaux pour le dernier jour du festival des inrocks 2005 avec normalement des extraits des concerts ayant lieu ce soir (Maximo Park, Kaiser Chiefs) mais également lors des autres dates du festival, le tout présenté par Ray Cokes. Ca justifie pas les 116 euros de la redevance mais ça aide à cicatriser.

Sinon la réponse au oukiléletoto est le 2ème au balcon en partant de la gauche, le bras se tenant la tête tel le penseur de Rodin.

Hier soir à la Cigale, dans le cadre du festival des Inrocks 2005, les Kaiser Chiefs, Subways et autres Futureheads ont placé la barre trés haut pour les groupes qu'ils me restent à voir courant novembre. Petit retour sur la soirée.

Juste le temps d'apercevoir non loin de nous Nicolas Sirkis que les lumières s'éteignent. Début de la soirée avec en chauffeur de salle les Subways.Je les avais déjà vu et apprécié à Rock en Seine et rebelote cette fois-ci, le cadre de la Cigale convenant à merveille au power rock du trio post-ado. La bassiste bouge toujours dans tous les sens, le chanteur nous a gratifié d'une escalade des amplis par le coté droit de la scène pour atterir au balcon et redescendre du coté gauche et a fini par slammer dans la foule avec sa guitare. Le ton était donné.

Ce fut ensuite au tour d'Hard-Fi d'entrer sur scène sur le thème d"Il était une fois dans l'Ouest" (l'homme à l'harmonica). Malgré que j'aime beaucoup ce morceau de Morricone et que ces ersatz de Clash aient 2 ou 3 morceaux sympathiques, leur performance et l'arrogance du chanteur les relèguent comme le seul bémol de la soirée.

Les Futureheads vont se charger de me faire oublier la prestation précédente. J'avoue ne pas être spécialement fan de leur album hormis 2-3 morceaux dont le tubesque "Hounds of love" mais leur set d'hier soir était vraiment trés bien rodé et constitue la bonne surprise de la soirée. Adeptes du chant en canon, ils ont réussi à faire chanter la salle de cette façon sur "Hounds of love". J'ai eu des "oh ohohohoh ohohoh" dans la tête toute la nuit et je crois pas être le seul.

Maxïmo Park étaient les suivants sur la liste et malgré une bonne prestation, je trouve qu'ils souffrent un peu de la comparaison au niveau présence scénique avec les Subways ou les Futureheads. Les sauts de cabri du chanteur sont pourtant sympathiques, tout comme les dances épileptiques du clavier mais le tout manque un peu d'interactivité pour en faire quelque chose de vraiment bien. Malgré tout, la qualité de certains de leurs morceaux fait que cela reste trés bien.

Enfin les Kaiser Chiefs avaient pour tâche de cloturer cette soirée et on peut dire qu'ils se sont pas fait prier. Une prestation tout simplement monstrueuse sur le plan musical mais surtout sur l'ambiance qui a régné pendant leur set de 50mn environ. Le concert de l'année en ce qui me concerne et de loin !!!
Même si ce n'est pas son but premier, je crois pas avoir autant rigolé pendant un concert que pendant celui des Kaiser Chiefs. La faute en incombe en grande partie au show du chanteur, un vrai boute en train, mais également à une partie du public. Je m'explique.
Il n'y avait pas de sécurité devant la scène hier soir donc n'importe qui pouvait monter sur scène pour slammer, montrer son cul, embrasser le chanteur, se peloter les seins devant lui, danser, se faire pourchasser par un roadie ou slammer et s'écraser comme une grosse merde car tout le monde s'écarte tel la Mer Rouge devant Moïse. Bref tout ça a eu lieu et bien plus encore.
Les Kaiser Chiefs venaient juste d'entrer sur scène, n'avaient pas encore joué le moindre accord, que leur chanteur venait déjà de slammer comme un fou dans le public, manquant de peu d'assomer quelqu'un. La suite du concert fut du même tonneau, lui aussi escaladant les amplis pour atterir sur le balcon et y continuer un morceau lors du rappel. A noter également le moment de surprise et rigolade lors de la montée sur scène du chanteur des Subways qui se trouvait dans le public et a slammé comme les gars du 1er rang, ce qui n'a pas manqué d'amuser les Kaiser Chiefs. J'oublie certainement de parler de pleins d'autres choses tellement le set fut riche en bonnes chansons et franche rigolade.

A 26 euros pour 5 groupes, on pouvait difficilement demander mieux hier soir, cela a même largement dépassé mes espérances. Des concerts comme ça j'aimerais en voir plus souvent. Mention trés bien au public de la Cigale (composé de nombreux anglais ceci explique peut être cela), trés réceptif pour tout les groupes. Ca change du public de vendredi soir au Grand Rex qui gueulaient pendant les morceaux, effet pervers de la gratuité de la soirée et du passage à la télé.

Réveil ce matin avec un torticolis, peut être dû à l’attente hier soir pendant un peu plus d’une heure dans le froid devant le Grand Rex. Soso me rejoint au moment où un gars de l’organisation de la soirée passe dans la file d’attente (et elle était longue) pour nous dire qu’ils ont pris un peu de retard, blablabla et que l’émission/concert sera diffusée sur Arte le 31 décembre 2005 donc que l’on ne soit pas étonné si on nous souhaite la bonne année à la fin ! Quelques minutes frigorifiantes plus tard, Ray Cokes passe juste devant nous et rentre dans l’enceinte du cinéma. Une fois à l’intérieur, l’émission ne tarde pas trop à commencer, il faut dire qu’il y a presque 1 heure de retard sur le planning prévu.

C’est Patti Smith qui se charge d’ouvrir les débats avec 2 morceaux entrecoupés de la lecture d’un extrait de bouquin qui parlait de Guernica de Picasso (c’est tout ce que j’ai compris) et ponctué de moultes crachats sur la scène. Classe la vieille !!
Le temps d’installer le matos, revoir la configuration des écrans sur la scène et Archive arrive dans leur nouvelle configuration vocale (1 chanteuse et 1 chanteur) afin de remplacer le « départ » de Craig Walker. Etant un grand fan de ce groupe depuis leurs débuts, je constatais avec grand plaisir que cette nouvelle formule au chant permet au groupe de jouer de nouveau de morceaux de leurs 2 premiers albums « Londinium » et « Take my head« . Cependant et malgré leur bonne volonté, la voix de Craig Walker fait défaut sur les morceaux extraits des derniers albums du groupe, « Noise » ou « You all look the same to me« .
C’est ensuite au tour de The Kills et leur boite à rythmes d’entrer en scène. Leurs singles sont efficaces et la voix de la chanteuse n’est pas sans rappeller PJ Harvey.

Entracte pendant laquelle on peut voir sur les écrans la performance de Deus la veille dans la même salle et qui sera également au programme de la soirée diffusée sur Arte.

L’émission reprend avec Grand National (que l’on s’est évertué avec Soso à prononcer Gràn Nacional pendant toute la soirée, me demandez pas pourquoi). Que dire…à part que c’est quand même pas terrible. Une sorte de boys band rock (les chorégraphies en moins mais les cris des gamines de 15 ans derrière nous en plus) avec un chanteur qui est par moment le clone vocal de Sting. Et puis ils ont massacré du New order merde !!!
Bref on était pas faché de les voir quitter la scène, surtout que l’heure des derniers métros approchait et on avait pas encore vu Maxïmo park. Ce fut chose faite aprés quelques minutes d’attente. S’il est clair que le groupe ne prétend pas pour l’instant à rester dans les annales du rock sur le plan musical (même si j’adore les singles « Apply some pressure » et « Going missing ») , ils n’en restent pas moins trés agréables à voir sur scène notamment grâce aux sauts de cabri du chanteur ou aux dances épileptiques du gars au clavier.

Il était l’heure de s’éclipser si on voulait pas payer 10 euros de taxi, tant pis pour Madness, je les verrais sur Arte. Par contre je suis un peu déçu d’avoir manqué Pati Smith nous souhaitant un « Happy New year » entre 2 crachats sur les 1ers rangs….

Page suivante »