Réveil ce matin avec un torticolis, peut être dû à l’attente hier soir pendant un peu plus d’une heure dans le froid devant le Grand Rex. Soso me rejoint au moment où un gars de l’organisation de la soirée passe dans la file d’attente (et elle était longue) pour nous dire qu’ils ont pris un peu de retard, blablabla et que l’émission/concert sera diffusée sur Arte le 31 décembre 2005 donc que l’on ne soit pas étonné si on nous souhaite la bonne année à la fin ! Quelques minutes frigorifiantes plus tard, Ray Cokes passe juste devant nous et rentre dans l’enceinte du cinéma. Une fois à l’intérieur, l’émission ne tarde pas trop à commencer, il faut dire qu’il y a presque 1 heure de retard sur le planning prévu.

C’est Patti Smith qui se charge d’ouvrir les débats avec 2 morceaux entrecoupés de la lecture d’un extrait de bouquin qui parlait de Guernica de Picasso (c’est tout ce que j’ai compris) et ponctué de moultes crachats sur la scène. Classe la vieille !!
Le temps d’installer le matos, revoir la configuration des écrans sur la scène et Archive arrive dans leur nouvelle configuration vocale (1 chanteuse et 1 chanteur) afin de remplacer le « départ » de Craig Walker. Etant un grand fan de ce groupe depuis leurs débuts, je constatais avec grand plaisir que cette nouvelle formule au chant permet au groupe de jouer de nouveau de morceaux de leurs 2 premiers albums « Londinium » et « Take my head« . Cependant et malgré leur bonne volonté, la voix de Craig Walker fait défaut sur les morceaux extraits des derniers albums du groupe, « Noise » ou « You all look the same to me« .
C’est ensuite au tour de The Kills et leur boite à rythmes d’entrer en scène. Leurs singles sont efficaces et la voix de la chanteuse n’est pas sans rappeller PJ Harvey.

Entracte pendant laquelle on peut voir sur les écrans la performance de Deus la veille dans la même salle et qui sera également au programme de la soirée diffusée sur Arte.

L’émission reprend avec Grand National (que l’on s’est évertué avec Soso à prononcer Gràn Nacional pendant toute la soirée, me demandez pas pourquoi). Que dire…à part que c’est quand même pas terrible. Une sorte de boys band rock (les chorégraphies en moins mais les cris des gamines de 15 ans derrière nous en plus) avec un chanteur qui est par moment le clone vocal de Sting. Et puis ils ont massacré du New order merde !!!
Bref on était pas faché de les voir quitter la scène, surtout que l’heure des derniers métros approchait et on avait pas encore vu Maxïmo park. Ce fut chose faite aprés quelques minutes d’attente. S’il est clair que le groupe ne prétend pas pour l’instant à rester dans les annales du rock sur le plan musical (même si j’adore les singles « Apply some pressure » et « Going missing ») , ils n’en restent pas moins trés agréables à voir sur scène notamment grâce aux sauts de cabri du chanteur ou aux dances épileptiques du gars au clavier.

Il était l’heure de s’éclipser si on voulait pas payer 10 euros de taxi, tant pis pour Madness, je les verrais sur Arte. Par contre je suis un peu déçu d’avoir manqué Pati Smith nous souhaitant un « Happy New year » entre 2 crachats sur les 1ers rangs….