Le festival du film indépendant américain de Sundance (présidé par Robert Redford depuis 1985) a rendu son verdict il y a peu pour l’édition 2006. Sans préjuger de la valeur de cette édition, on peut à l’avance se frotter les mains quand on regarde le palmarés des éditions précédentes.
En 1989, Steven Soderbergh est récompensé pour « Sexe, mensonges et vidéos ». Le succés du film en salles (une première pour un film indépendant) propulse le festival au rang de grande mecque du cinéma US et attire du coup les visiteurs et les majors Hollywoodiennes. La vocation première de ce festival et de l’organisme qui le gère (le Sundance Institut) est de servir de tremplin à des réalisateurs dont c’est souvent le 1er film. Les frères Coen (Blood Simple), Quentin Tarantino (Reservoir Dogs), Kevin Smith (Clerks), Christopher Nolan (Memento) sont quelques exemples de réalisateurs ayant été récompensés par le festival par le passé. Plus récemment on pourrait également citer Le projet Blair Witch, Hedwig and the angry inch, Dig! , Super size me, American Splendor, Napoleon Dynamite…


thedevilandposter
« This is the story of talented and tormented Daniel Johnston, a manic-depressive genius singer, songwriter, artist, revealed in this portrait of madness, creativity and love ».

En 2005, dans la catégorie documentaire, a été récompensé « The Devil and Daniel Johnston » dont le trailer se trouve ici. Aprés les succés de « American Splendor » ou « Napoleon Dynamite » à Sundance, voici un autre anti-héros récompensé. Plutôt que de faire une biographie succinte du personnage qui passerait à côté de nombreux aspects de sa personnalité je renvoie ceux qui sont intéressés au dossier trés fourni que lui a consacré le magazine Chronic’art sur son site web.

Dans une autre catégorie et pas récompensé à Sundance, Bollywood se lance dans le remake de films de Hollywood, dans son style comment dire…trés caractéristique. Voici donc quelques extraits de « Fight Club » à la sauce tandori :
Extrait 1 (bon là on se dit ça a pas l’air terrible mais soit)
Extrait 2 et Extrait 3 (là on se dit ils se sont trompés de bobine c’est plus le même film, mais si !!!)

Bon allez un petit dernier pour la route :
Extrait 4.