Pretty G.

Le grunge est mort mais le rock est toujours vivant à Seattle (a.k.a. « Rain city »). Aprés les Death Cab for Cutie le mois dernier, c’était au tour des Pretty Girls Make Graves de nous rendre visite. Hormis le fait que les 2 groupes ont des noms à rallonge, rien à voir entre la bande à Ben Hubbard (DCFC) et celle d’Andrea Zollo (PGMG). Les PGMG empruntent leur nom au morceau éponyme des Smiths mais rien à voir non plus avec la pop de Morrissey, Marr and co. Leurs influences lorgnent plutôt du côté de Sonic Youth, Siouxsee and the banshees, Fugazi… et bien sûr la scène de Seattle.

Séance de kiné oblige, je loupe le début de la 1ère partie (c’était qui ?) et m’en vais au bar du Nouveau Casino pour étancher ma soif. Ca tchatche ricain un peu partout et notamment à côté de moi ou 3 membres des PGMG (Andrea Zollo, Leona,une nouvelle au synthé et le bassiste) sont en train de s’envoyer des one-shots dans le gosier, histoire d’être fringants dans quelques minutes sur scène. L’occasion pour moi de constater que le groupe justifie bien son nom…
Le set fut donc plutôt enjoué, le groupe balayant leur discographie, composée de 3 albums , »Good Health« , « The New Romance » et le tout nouveau « Elan Vital« .

Séance de rattrapage en juin-juillet sur Paris ou dans la radio-blog, là tout de suite.