We are scientists

Aprés 10 jours de reggaeton, salsa et autres chansons à base de « mi amor » et « corazon », un peu de rock qui tâche n’était pas pour me déplaire.
Ca tombait bien car We are Scientists envahissait la Maroquinerie hier soir. La 1ère partie (Rock’n roll) n’est pas transcendante. La salle est pleine quand les New-Yorkais entrent en scène. Les 1ers rangs sont garnies de djeun’s (16-17 ans) qui vont s’en donner à coeur joie et slammer à tout va, ce qui déclenchera à plusieurs reprises les rires des membres du groupes et leurs félicitations. Sur scène c’était donc parfois un joyeux bordel, mais WAS ont assuré l’essentiel, une grosse présence scénique pour passer en revue les titres de leur 1er album (« With Love and squalor »). A noter un « Nobody move, nobody get hurt » dantesque, sur lequel le refrain (my body’s your body) prenait tout son sens en voyant l’amas de chair des 1ers rangs, et une reprise de « Be my baby » des Ronettes.