mai 2006


La critique est par essence subjective, même si elle repose sur des éléments objectifs. Combien de fois s’est-on entendu dire : « Mais il/elle a de la m…. dans les yeux/oreilles ou quoi ?!! ». Et oui faire une critique, aussi sincère et objective soit-elle, ce n’est pas forcément (voire jamais) faire l’unanimité. Mais peu importe.

Pourquoi un tel topo sur la critique me direz vous ?. Tout d’abord parce que, à mon grand plaisir, je viens de rejoindre l’équipe de chroniqueurs de indiepoprock.net (voir liens) et que donc, en tant que « critique » je serais également soumis à la critique, c’est de bonne guerre. Je ne me gêne pas pour en faire de même et d’ailleurs je vais le faire là tout de suite.

 Le cinéma fantastique espagnol est actuellement ce qui se fait de mieux en Europe, un peu à l’image de ce que firent les italiens Argento, Fulci, Bava pendant les années 60-70. Alejandro Amenabar (Ouvre les yeux, Tesis, Les autres) et Alex de la Iglesia (Action Mutante, 800 balles, Le crime farpait…) sont les chefs de file, suivis de prés par Jaume Balaguero, dont l’univers n’est pas sans rappeller celui d’Amenabar.

Autant j’aime beaucoup ce que font les 2 premiers, autant j’ai eu un peu de mal avec les films de Balaguero (La secte sans nom et Darkness). Attiré par les récompenses obtenues par son dernier film Fragile au festival de Gerardmer et par les bonnes critiques presse (on y vient), je profite de sa diffusion sur Canal+, avant sa sortie en salle, pour me faire ma propre opinion. Comme d’habitude ou presque avec Balaguero, on a droit à une histoire de fantôme, de rapport entre le monde des vivants et celui des morts. Ce genre de film a visiblement la côte chez nos amis hispaniques, si on y ajoute Les autres d’Amenabar ou l’Echine du diable du mexicain Del Toro. 1er eccueil franchi avec brio : l’interprétation de Calista Flockhart (Ally Mc Beal) est plutôt bonne, dans un genre pourtant inhabituel. La photo et l’ambiance sont également les gros points forts du film, tout le contraire du Silent Hill de Christophe Gans.

Oui mais voilà, malgré tout ça, je suis resté sur ma faim. Un journal spécialisé dans le cinéma fantastique n’avait pas hésité à lui donner la note ultime de 6/6 !!! Forcément ça ouvre l’appétit. Fragile est un film esthétique, soigné, prenant par moment, mais en aucun cas le chef d’oeuvre annoncé.

 La peur au ventre (Running scared en VO) de Wayne Kramer est un polar noir, trés noir. Ce thriller urbain survitaminé raconte l’histoire d’un petit mafieux italien cherchant à récupérer coûte que coûte une arme, également recherchée par la police et la mafia russe. Si la réalisation de Wayne Kramer colle bien à ce genre de polar hard-boiled (à la manière d’un Tony Scott), le scénario se révèle à la longue bancal et incohérent. Cela étant dit, la peur au ventre reste un bon petit polar musclé, une galerie de personnages tous plus tarés les uns que les autres. Mais de là à lui donner 5/6 !!!!!

Pourquoi pas un groupe finlandais qui gagne l’Eurovision en chantant du hard avec des masques de monstres tant qu’on y est !!!

Plait-il ? C’est déjà fait ? ….avec les ailes qui se déploient ? Chuis fatigué moi…

Publicités

Changement dans la radio-blog avec du neuf (The Automatic, The Pipettes, Forward Russia, Ginger Ale…), pas mal d'anciens (Pulp, the Killers, Maximo Park, The Go-Team…) et 2 morceaux de Shout Out louds, pour une playlist trés dansante, en particulier le "Monster" de The Automatic qui fleure bon le tube rock de l'été.

* The Automatic – Monster

* Adam Kesher – Where is my place

* Forward Russia – Thirteen

* Soulwax – E-talking

* Yeah Yeah Yeahs – Date with the night

* The Go! Team – Ladyflash

* Shout out louds – Please Please Please

* Hot Hot Heat – Talk to me, dance with me

* OK Go – You're so damn hot

* Arctic Monkeys – From the Ritz to the Rubble

* Gorillaz – Dare

* The Futureheads – Hounds of love

* The Killers – Mr Brightside

* Maximo Park – Apply Some pressure

* Pulp – Common people

* Ginger Ale – Out of the blue

* The Pipettes – Pull Shapes

* Shout out louds – Very loud

* The Knife – You take my breath away

* Hot Chip – No fit state

Une flash mob ? kézako ?

Non ce n'est pas une mobylette de flic équipée d'un radar mais un phénomène qui nous vient des Etats-Unis (of course) et qui signifie "foule éclair". Les participants ne se connaissent pas pour la plupart, sont prévenus par mail ou sms quelques heures avant "l'action" sur le lieu et l'horaire. Il n'y a généralement pas de but avoué à ces actions éclairs même si certains y voient, à l'heure du grand boum d'internet et de la téléphonie, un retour à plus de "sociabilité". Les flash mobs ont souvent un côté artistique, poétique, loufoque qui les fait parfois comparer aux happenings.

Intrigué depuis un moment par ce phénomène et ayant eu vent du déroulement futur d'une flash mob d'un genre particulier, j'ai décidé de m'inscrire pour voir ça de plus prés. Paris a donc connu hier son 1er "Pillow Fight" (littéralement une bataille d'oreiller ou de pelochons), aprés les Etats-Unis (of course) et quelques grandes capitales europénnes.

Bien entendu les médias ont cherché une signification, une revendication et bien entendu il n'y en avait aucune si ce n'est un côté potache clairement assumé. Depuis quand on a besoin de trouver une justification à une bataille de pelochons ???

Allergique que je suis à la plume d'oie, j'ai courageusement évité l'affrontement mais j'ai quand même pris quelques photos des combats, dans lesquels quelques uns y ont laissé des plumes. Attention certaines images sont insoutenables…surtout pour toutes les oies qui me lisent (et je sais qu'elles sont nombreuses).

Hier soir 8ème édition des Inrocks Indie Club, sorte de mini-festival itinérant qui voit défiler quelques uns des groupes en devenir de la scène rock indé. J'avais noté la date dans mon agenda car cette édition prévoyait de voir se succéder The Open dont j'avais bien aimé le 1er album (et beaucoup moins le dernier) mais surtout les Suédois de Shout Out Louds dont j'avais linké quelques vidéos ici.

Je fais en sorte d'arriver à la Maroquinerie aprés la prestation du 1er groupe, les français de Rock'n Roll que j'ai déjà vu il y a peu (1ère partie de We are scientists) dans le même lieu et qui ne m'avait pas franchement emballé. Lorsque The Open entrent en scène, la Maroquinerie sonne le creux. Au vu de leur prestation hier soir et surtout de la qualité de leurs nouveaux morceaux je comprends qu'ils fassent pas rêver les foules.

The open 1

Un set d'une grosse demi-heure plus tard, la salle s'est bien remplie, visiblement on est tous venu pour la même chose.

J'ai découvert les Shout out louds un peu voire beaucoup par hasard. Un petit malin avait glissé leur 1er album "Howl Howl Gaff Gaff" dans un fichier contenant un autre album (dont j'ai oublié le nom). J'ai pensé que le gars avait mis une pauvre démo mal enregistrée du groupe de ses potes jouant dans le garage des parents…mais finalement non, c'était vachement bien, même mieux que l'autre groupe dont je n'ai pas retrouvé le nom. Peut être y avait-il d'autres "contaminés" dans le public hier soir, si c'est le cas ils étaient heureux d'avoir chopé ce virus. Une grosse heure de concert, quelques inédits, des sourires, des têtes qui bougent, un vrai plaisir de jouer… et quelques photos.

Shout out louds 1

Shout out louds 6 Shout out louds 3Shout out louds 4 Shout out louds 5

Proches de groupes comme Clap you hands… ou The Spinto Band au niveau du son, les Shout out louds ne bénéficient pas (encore) du même rayonnement médiatique. Nul doute qu'avec des morceaux comme "Please please please", "Very loud" ou encore "The Comeback", ils ne resteront pas longtemps dans l'ombre. L'épidémie est en marche.

Vous aussi vous ne supportez plus le matraquage en règle de la part des opérateurs de renseignements téléphoniques ? Les gars de Radio+ (le samedi midi sur C+ en clair) et leur humour potache vous ont vengé. Ca dure 3mn30 à partir de la 20ème minute d’émission, c’est hilarant et c’est à regarder sans modération. Le lien risque de ne fonctionner que quelques semaines donc ne tardez pas…ou rendez vous au 14 boulevard de la Madeleine.

J’y retourne. 118….

Ca faisait un bail que j'avais pas remis les pieds à Bordeaux, que j'avais pas revu des amis de longue date…
La Neurotwistin' Party est arrivée à point nommé pour réparer cette injustice. A l'Arbrenat vendredi soir, on a bu, mangé des cochonneries, raconté des cochonneries, tchatché musique, ciné et bouquins forcément car on était là pour (picoler) fêter la sortie de celui de Gino.
Il y avait les "vieilles têtes" que ça faisait plaisir de revoir : Chick, Momo, Carole, Nelly, Neult, Vince, Jean-Phi…, les nouvelles têtes que je connaissais peu ou pas et avec qui j'ai pris grand plaisir à discuter : Beleg, Fanny, Yann (et les autres personnes de l'IUT), les illustrateurs (Afif, Remy, Greg), les Coréennes (dont j'ai aussi oublié le nom)…

Quelques photos en témoignage sur le blog de Gino.

Petite review du concert des Arctic Monkeys hier soir au Bataclan. Le buzz musical de ce début d'année m'avait laissé assez indifférent au départ avec leur 1er single (I bet you look good..). La sortie de leur 1er album "Whatever people say…" a changé la donne, même pour leur single que je me suis mis à écouter en bougeant la tête et en tapant du pied. C'était parti, j'étais contaminé.
J'avais entendu pas mal de critiques assez négatives sur les performances live de ces gamins de Sheffield à l'accent incompréhensible et finalement, sans être des bêtes de scène, ils s'en sont pas si mal sorti que ça hier soir. La forte colonie britannique présente n'y est surement pas étrangère. Une grosse heure de concert pour balayer les morceaux de leur album + quelques autres que l'on peut trouver sur le EP "Who the fuck are the Arctic Monkeys" qui vient de sortir. Bref pas un concert EdmondDantesque (superlatif signifiant : youhou c'est d'la balle) mais une performance honnête, malgré le grand méchant Hype, qui mange les enfants avec son café du matin, qui les accompagne depuis quelques mois et aurait pu leur faire tourner la tête.

* Arctic Monkeys – The View from the afternoon
* Infadels – Love like Semtex
* Snow Patrol – You're all I have
* Hundred reasons – The Perfect Gift
* Band of Horses – The Funeral

Page suivante »