Week-end estival et festival avec les Solidays 2006 où pour une fois il a presque pas plu. Comme dans tout grand raout musical qui se respecte, il y avait à boire et à manger, dans tous les sens du terme. Rock, électro, chanson française, rap, merguez/frites, churros, bière sans alcool (lafêtestplusfolle)…

Vendredi, une averse timide vient fêter l’ouverture de cette 8ème édition du festival Solidarité Sida. Joseph D’anvers pour commencer, de la chanson française dans le style Dominique A, en un peu plus rock. Pas mal du tout. Ensuite du bon, We are Scientists et Keane, et du moins bon, The Zutons et Kill the Young (please kill « kill the young » !!). Le concert de la journée : DEUS, programmé sous le chapiteau, super ambiance, beaucoup de vieux morceaux dont « Suds and Sodas » ou « Instant Street » (raah lovely).

Samedi, on arrive tôt pour voir Asyl, trouvé ça pas mal sur le coup, surtout que j’ai plutôt du mal avec le rock français. Ensuite direction le chapiteau pour Infadels, grosse ambiance (une constante sur cette scène) mise par les anglais aux accents disco-rock. Beaucoup de monde comme d’habitude le samedi donc pour éviter les aller/retour interminables entre les scènes, je choisit d’aller voir Sunshiners, du reggae du Pacifique Sud (Vanuatu). Au menu des reprises des standards de la pop (Cure, Depeche Mode…), original. Ensuite c’était au tour des têtes d’affiche de la soirée : Anaïs (beaucoup de monde, marrant), Dyonisos (beaucoup de monde, marrant 5 minutes de voir Louis de Funès sur scène), Dandy Warhols (le chanteur a toujours une tête à claques mais ils assurent), Cali (beaucoup de monde, je vais bouffer et me poser pour le concert suivant) et enfin Archive, la tête dans les étoiles, toujours aussi bon en live malgré les incessants changements au chant.

Dimanche, on arrive encore plus tôt que la veille pour ne pas louper les Hushpuppies. On a bien fait, les Perpignanais assurent dans un style proche des Kaiser Chiefs ou des Kinks. Maceo Parker n’est vraiment pas ma tasse de thé donc on va se placer sous le chapiteau pour le show Katerine à venir. Comme d’hab grosse ambiance, surtout sur les titres phares (VIP, Louxor et je vous emmerde). Le reste est moins bon mais ça reste plaisant. Dans un autre style, El Presidente était également un plaisir des oreilles et des yeux… Il était temps de se placer pour la finale si on voulait avoir 1m² à soi, surtout que c’était au tour de Sergent Garcia de jouer…Bon la finale, pas grand chose à dire, yavait finalement pas trop d’ambiance (le stress, le manque de place ?) et ça se joue à une barre. Un dernier concert aprés le match (Bénabar) mais le coeur n’y est plus et la fatigue commence à se faire sentir.

Bonne édition des Solidays malgré tout, 3 jours de concerts pour 20 euros, on peut faire mieux mais c’est plus cher.

Pour finir un petit lien pour se défouler. Ca changera rien mais ça fait du bien.

Publicités