Direction le Nouveau Casino hier soir pour le concert des corbeaux texans d’ I Love You but I have Chosen Darkness. Pour leur 1ère date parisienne, le concert affiche complet.

La 1ère partie commence avec 1/2 h de retard, le chanteur de Laudanum était coincé dans les toilettes…ça s’invente pas (voir la définition du laudanum). Il fait trés chaud dans la salle, je me trouve un endroit sympa proche de la clim et du bar, j’ai le nécessaire de survie. Sur les 3 premiers morceaux de Laudanum, 1 chanteur et 2 chanteuses se relaient alternativement au micro. Les problêmes techniques arrivent dés le 2nd morceau, on entend quasiment pas la chanteuse qui essaie désespérément tous les micros. Dommage le morceau avait l’air plutôt pas mal, ce fut d’ailleurs un des rares que j’ai apprécié (avec un autre qui ressemblait à du Archive), pas rentré dans leur univers électro/pop.

Place fut alors faite à la cold-wave des ex-Windsor for the Derby (que l’on peut entendre sur la BO de Marie Antoinette) et que je nommerais ILYBICD par souci de pasmefairechier. Le quintet d’Austin débute son set avec l’enchainement « Today/We choose faces », un instrumental faisant office d’intro (« Today ») puis une ryhmique martiale pour lacher les chevaux et les guitares (« We choose faces »). Le 2ème morceau est du même tonneau quand tout à coup PATATRAS, c’est le drame. Les corbeaux volent à l’envers : problême de guitare pour le chanteur, ce qui a l’air de pas le faire rire du tout. Apparement ils ont pas de guitares de rechange (??), ils sont pourtant 3 à utiliser cet instrument. Le chanteur fait appel à Laudanum pour un « prêt » de guitare, tout à l’air de rentrer dans l’ordre…et puis de nouveau les ténèbres (ah ah). C’est visiblement plus un problême de jack que d’instrument et ça frustre terriblement le chanteur qui annonce que ce sera leur dernier morceau aprés 1/2h de concert !!!

2 morceaux au synthé plus tard, la guitare est sortie des limbes, le concert peut véritablement commencer. Les morceaux se font plus rapides, plus « péchus » que sur l’album, notamment grâce au batteur qui martèle littéralement ses fûts. On sent que le groupe est soulagé et qu’ils se lâchent enfin. Le chanteur ruisselle littéralement de partout. On a droit à 2 rappels dont l’excellent « The Ghost » qui ouvre leur 1er album.

Une nouvelle date est prévue je crois en octobre à la Maroquinerie, il fera certainement une température plus décente et espérons que cette fois-ci ils auront une guitare de rechange pas loin, juste au cas où hein …

Publicités