Hier soir Paris Plage portait trés mal son nom, comme d’habitude me diront ses détracteurs. Etant originaire du Sud je conçois que ça puisse paraitre risible aux yeux de certains de mettre du sable et des palmiers sur du bitume mais je suis plutôt du style à encourager les initiatives. Quand en plus un soupçon de culture vient saupoudrer le tout j’applaudis des 2 mains et de bas en haut.Le festival Fnac Indétendances est donc partenaire de Paris-Beach et organise des concerts 2 fois par semaine tout l’été prés du pont de Sully. Hier soir Daddy Longlegs, les Hushpuppies et les Infadels étaient de la part(y)ie dans la grisaille parisienne.

Je rejoins Soso pour le début du set des Hushpuppies, les Perpignanais se sont fait un nom et une renommée, il y a du monde malgré le temps et le week-end prolongé qui s’annonce pour certains. Je suis un peu moins emballé par leur concert que je l’ai été à Solidays, ça reste malgré tout recommandable.

Aprés une longue attente qui laisse au froid le soin de prendre place, les Infadels arrivent sur scène pour respecter le planning qui veut qu’à 22h les concerts soient terminés (jurisprudence dEUS). 1h de sauts, de sons disco-punk-electro-rock, les Infidèles ont l’art de transformer une fosse en dance-floor. J’ai un peu de mal à écouter leur album mais depuis Solidays je suis un fidèle partisan de leurs live. La reprise de « Steady as she goes » des Raconteurs fait toujours son effet, tout comme l’homme de Néandertal aux synthés et percus qui tape comme un fou sur un couvercle de poubelle. Au bout d’une heure tout le monde danse, les Infadels se sont encore mis le public dans la poche. L’entreprise d’Infidelisation est en marche et continuera au Nouveau Casino le 19 Septembre.

Publicités