janvier 2007


Appelez ça la poisse, le mauvais oeil, la scoumoune, la loose, la loi de Murphy, l’effet Bonaldi, le syndrôme Guesdon ou autre looser célèbre…toujours est il qu’elle m’a poursuivie pendant quelques jours. Tout commence jeudi soir par une soirée bowling qui tourne au fiasco, les dits bowlings étant réquisitionnés par des entreprises. Vendredi c’est un accident de bagnole à Bordeaux (raconté ici par Gino), Samedi la défaite des Girondins (sans commentaires svp) et Dimanche un incendie sur les voies qui retarde mon train. Malgré tout ça ça m’a fait plaisir de revoir l’ami Gino et Laurence, l’accueil fut comme toujours royal et ce malgré les circonstances…

1 petite vidéo pour finir et briser le signe indien :

Je ne suis pas trés présent en ce moment sur la blogosphère mais j’ai tout de même eu le temps de découvrir un nouveau groupe canadien, pas encore signé par un label, qui commence à faire parler de lui par çi par là, j’ai nommé Rock Plaza Central. J’ai acheté leur album sur leur page myspace et ils m’ont envoyé un petit mot personnalisé trés sympa, un peu à la manière de Clap Your Hands Say Yeah! avec leur 1er opus. 

Joliment intitulé « Are We not Horses« , ce concept-album raconte l’histoire de chevaux d’acier à 6 pattes rêvant qu’ils sont de vrais chevaux…Musicalement c’est un mélange de folk et d’Americana avec du banjo, des violons, des trompettes, une mandoline, un xylophone…et la voix de Chris Eaton qui n’est pas sans rappeller celle d’Alec Ounsworth (CYHSY). J’aime beaucoup, j’espère que je ne serais pas le seul et que le buzz va grandir un petit peu, histoire de pourquoi pas les voir traverser l’Atlantique afin de nous rendre une petite visite.

[Mp3] Rock Plaza Central – « My Children, Be Joyful »

[Mp3] Rock Plaza Central – « I Am an Excellent Steel Horse »

[Mp3] Rock Plaza Central – « Are We Not Horses »

Voilà presque 2 mois que je ne m’étais pas aventuré dans les salles de concerts parisiennes, la faute aux agapes de fin d’année et à une programation réduite. Les pendules ont été remises à zéro ce week-end puisque j’ai enchainé la soirée Inrocks Indie Club de jeudi à la Maroquinerie, les Huspuppies vendredi à l’Elysée Montmartre et Archive samedi au Zenith. 3 soirées, 3 styles différents et 3 concerts complets.

Jeudi : 14ème numéro de la soirée des Inrocks pompée sur celles du NME avec The SunshineUnderground, The Automatic et l’habituel groupe CQFD, The Clerks. C’est à eux que revenait le droit d’ouvrir le bal comme le veut la tradition. Je connaissais un seul titre de leur répertoire, le single « The Dissidents » (en écoute dans la radio-blog) et j’avais hâte de savoir si le reste était du même niveau. Sans être véritablement déçu car leur performance fut honnête, j’ai eu du mal à m’enthousiasmer pour le post-punk de ces Mancuniens d’adoption hormis sur leurs 2 derniers titres. La seule faute de goût de The Sunshine Underground aura été l’immonde veste de k-way qu’avait revêtu son chanteur car pour le reste ce fût un sans-faute. Trés à l’aise sur scène et dans ses interactions avec le public, le groupe a fait défiler quelques uns des tubes disco-punk que l’on retrouve sur leur excellent 1er album (« Raise the Alarm« ). L’occasion pour le trés jeune public présent ce soir là de lancer les 1ers pogos. Les Gallois de The Automatic clôturaient la soirée dans leur style caractéristique c’est à dire une grosse énergie sur scène notamment de la part du gars au clavier, véritable fils caché de Sid Vicious et Johnny Rotten. La set-list fut un mélange de leurs tubes (Monster, Raoul, Recover), de quelques reprises (Talking Heads et Kanye West) et de quelques inédits. Si leurs tubes m’emballe plutôt pas mal, l’ensemble est quand même assez répétitif.

Vendredi : Je n’avais pas mis les pieds à l’Elysée Montmartre depuis un bon bout de temps et je revenais donc avec plaisir dans cet ancien théatre du 18ème arrondissement pour assister au concert des Hushpuppies. La 1ère partie était assurée par Go Go Charlton que je ne connaissais que de nom mais que j’ai maintenant hâte de revoir. Lorgnant du côté des Smiths, New Order, Death Cab for Cutie, les compos des Go Go ont fait mouche. Dans leur style caractéristique les Hushpuppies sont également à créditer d’une belle performance avec une intro tout en douceur (Automatic 6) afin de laisser la place aux titres prompts à déchainer la massive affluence (You’re gonna say Yeah, 1975, Single). La soirée se poursuivra au Bus Palladium ou nous retrouverons une partie du staff d’Indiepoprock (Thomas, Tilda, Kim, Cedric et Vincent from London Calling) pendant le concert des Poney Poney.

Samedi : On ne devait pas y aller, le dernier album m’avait un peu déçu, le concert était complet sans que l’on ait eu une place et puis comme par miracle on a trouvé 2 places dans l’aprés-midi. Hormis la tournée de leur magnifique 1er album (Londinium) j’ai assisté à toutes celles qui ont suivies, à Bordeaux (Barbey) ou Paris (Elysée Montmartre, Rock en Seine, Solidays, Olympia, Grand Rex) et le fait de les voir remplir une salle comme le Zenith (6000 places) me fait évidemment plaisir. La nouvelle composition du groupe semble mieux rôdée qu’au Grand Rex et notamment la répartition des rôles au chant : David Penney s’approprie de mieux en mieux les titres chantés autrefois par Craig Walker (Fuck U, Again), Pollard Berrier a une vraie présence sur scène et Maria Q interprète admirablement les morceaux du 2nd album (Take my head). Pour ce qui est de son interprétation de Pulse je serais plus réservé, la version de Craig Walker restant pour moi inégalé. 2h15 de concert, 3 rappels dont une reprise de Roads de Portishead, Archive a clôturé de fort belle manière ces 3 soirées écclectiques et électriques.

 

J’ai suffisament pesté contre les infâmes Rock&Roll, vainqueurs de l’édition 2006 du concours CQFD (Ceux Qu’il Faut Découvrir) des Inrocks et donc propulsés dans de nombreuses premières parties de concerts parisiens (notamment les soirées Inrocks Indie Club) pour ne pas me réjouir de la victoire de Cocoon dans l’édition 2007.  Je vous ai déjà parlé de ce duo clermontois que j’ai découvert un soir de juin 2006 à la Flêche d’Or alors que je venais voir Landscape et Simple as Pop, j’étais tombé sous le charme de leur folk/pop qui voyait se marier à merveille leurs voix. Je leur avais fait part de mon intérêt et j’avais chroniqué leur EP qu’ils m’avaient gentiment envoyé. Depuis le buzz ne cessait de grandir autour d’eux, leurs concerts ne cessaient d’attirer de nouveaux adeptes (et pas seulement pour la distribution de Chupa Chups sur le titre Chupee) jusqu’à leur victoire au tremplin Printemps de Bourges et au concours CQFD.

2007 sera donc l’année de Cocoon et j’en suis ravi. Rock&Roll est mort, Vive Cocoon.

Cocoon sur Myspace

Cocoon chez Sober&Gentle

Alors que les places pour le concert de The Arcade Fire du 19 mars prochain à l’Olympia sont parties en 2mn chrono sur le site de la FNAC (prévoyant j’avais pris la mienne sur celui de l’Olympia), je vais parler aujourd’hui d’un autre groupe canadien, les Jetplanes of Abraham. Le groupe s’est formé en mars 2006 en regroupant des membres de 3 formations (For The Mathematics, Kingston Fog, Turning Into Salt). On les présente déjà comme la réponse d’Ottawa à The Arcade Fire, Broken Social Scene ou The New Pornographers, rien que ça. Si l’on en juge par quelques extraits de leur 1er album éponyme on pourrait effectivement retrouver trés vite ce groupe en haut de l’affiche. C’est tout le mal que je leur souhaite.

[Mp3] Jetplanes of Abraham – For Now

[Mp3] Jetplanes of Abraham – Take the Cash

[Mp3] Jetplanes of Abraham – Four Part Harmony

1ère playlist de l’année dans la radio-blog avec des morceaux d’albums à venir (Air, Bloc Party, The Arcade Fire…) et des titres plus anciens parmi lesquels se cache le prochain « A la recherche de la nouvelle Star(bernacle) ».

  • The Arcade Fire « Black Wave/Bad Vibrations »
  • Bloc Party « Song For Clay »
  • The Clerks « Dissidents »
  • Tokyo Police Club « Citizens of Tomorrow »
  • Guillemots « Made Up Love Song #43 »
  • Jetplanes of Abraham « For Now »
  • The Pigeons Detectives « I Found Out »
  • The Gossip « Standing in the Way of Control »
  • White Rose Movement « Girls in the Back »
  • Malajube « Montreal -40°C »
  • Swan Lake « The Freedom »
  • J. Tillman « Jesse’s not a Sleeper »
  • The Decemberists « O Valencia »
  • TV on the Radio « Mr Grieves »
  • Clinic « Harvest »
  • Shy Child « Summer »
  • The Ghost is Dancing « The Running Song »
  • Air (featuring Jarvis Cocker) « One Hell of a Party »
  • Voxtrot « The Start of Something »
  • The Little Ones  « Lovers who Uncover »
  • The Cooper Temple Cause « Waiting Game »
  • South « Shallow »
  • Redjetson « …The Sky is Breaking »

Voilà le Zoom de fin d’année de la rédaction d’Indiepoprock, dont je vous ai déjà parlé ici, est maintenant en ligne. En plus du traditionnel Top des rédacteurs on y trouve le classement des lecteurs, l’année des chroniqueurs (un album oublié des bilans et un évènement musical marquant), le nouvel an vu par les artistes (sur lequel j’ai largement collaboré) et enfin un diaporama des pochettes les plus laides et des plus belles photos de nos 2 photographes.

N’hésitez pas à laisser des commentaires, ici ou sur le zoom directement.

Page suivante »