Bravant un virus pernicieux qui m’a tenu allité ou presque toute la journée j’ai entamé ma série de 3 concerts en 3 soirs par Blonde Redhead à l’Elysée Montmartre.

C’est à Constance Verluca que revenait le droit d’ouvrir les débats. Accompagnée d’un guitariste la chanteuse parisienne était venue présenter son 1er Album « Adieu Pony » (mais qu’est ce qu’ils ont tous avec les poneys ???!!!). Pour ceux qui ne connnaissent pas Constance Verluca je vous invite à écouter quelques titres sur sa page Myspace et notamment Les Trois Copains et son célèbre refrain « Vive le chocolat, l’héroïne et la vodka ».  Vous l’avez compris Constance n’est pas la jeune fille sage qu’elle semble être au 1er abord. Ses textes aussi drôles qu’irrévérencieux (écoutez Je Simule, Tu es Laide ou C’est le moment de mourir) sont mis en musique par Julien Hirsinger et sa guitare folk. A la manière de Didier Super (en plus subtile quand même ), Constance joue la provocation mais le public de l’Elysée Montmartre a eu l’air moyennement emballé, surpris ou peut être assommé par le chaleur.

Les Blonde Redhead contrairement à leur patronyme ne sont pas des peaux-rouges suédois mais un trio composé d’une japonaise (Kazu Makino) et de jumeaux italiens (Amedeo et Simone Pace) vivant à New-York. Aprés des débuts plutôt noisy qui les voient être comparés à Sonic Youth ou Fugazi, le groupe a pris un virage plus pop sur ses 3 derniers albums : « Melody of Certain Damaged Lemons » « Misery is a Butterfly » et « 23 » sorti cette année. Les fans de la première heure ont crié à l’infamie à l’écoute du petit dernier, comparant certains titres à du Mylène Farmer !!

Pour autant l’Elysée Montmartre avait fait le plein (en même temps Mylène Farmer elle remplit Bercy…) ce 06 juin et le groupe reçut une belle ovation en entrant sur scène. Les jumeaux quadras gravures de mode et Kazu dans une petite robe sexy débutèrent leur show par quelques titres de leur dernier album, Kazu et Amedeo se partageant le chant à tour de rôle. Contrairement à que j’ai pu lire je ne sais plus où, je trouve que les titres chantés par Amedeo sont loin d’être mauvais et notamment le trés shoegaze Spring and By Summer Fall (en écoute dans la radio-blog) ou SW. Le set fut composé pour la plupart de morceaux de « 23 » le dernier album ainsi que de quelques titres de « Melody of Certain Damaged Lemons » dont l’envoûtant In Particular qui sortit les vieux fans de leur torpeur.  La chaleur accablante qui régnait dans la salle faillit avoir la peau de Kazu, un technicien venant s’enquérir de son état et lui apporter de l’eau à plusieurs reprises entre les morceaux. Plus de peur que de mal, le concert alla à son terme, se terminant par le trés rare (seulement présent sur la version japonaise de 23) et trés noisy (We Are a Real Team) Harry & I.

Les 2 rappels furent l’occasion pour le groupe de mélanger titres récents (Silently, The Dress) et plus anciens (Melody of a Certain Three). Etant un fan plutôt récent et ne les ayant jamais vu auparavant sur scène j’ai plutôt bien aimé la prestation des Blonde Redhead ce soir là et notamment l’espèce de sensualité mystique qui se dégage de leur musique et de leur jeu de scène. Les vieux fans sont apparement repartis déçus proférant des « C’était mieux avant… ». Si vous le dîtes.

Blonde Redhead23