2007 sera l’année hommage à Ian Curtis ou ne sera pas. Le biopic consacré au chanteur de Joy Division intitulé « Control » et réalisé par le célèbre photographe hollandais Anton Corbijn verra en effet le jour sur nos écrans en septembre. D’ici là on pourra se mettre sous la dent quelques uns des albums de l’armée des clones de Joy Division qui sévissent sur la planète indé.

Editors (sans The) est l’un des derniers à avoir fait son apparition il y a de celà 2 ans avec un 1er album remarqué « The Back Room« . Le groupe de Birmingham doit beaucoup au timbre si particulier de son chanteur Tom Smith qui n’est pas sans rappeler qui vous savez. Dans un créneau de plus en plus saturé et usé jusqu’à la moelle Editors avait su tirer son épingle du jeu grâce à quelques singles aux titres aussi courts qu’accrocheurs (Blood, Munich, Bullets). 

 

Deux années se sont écoulées et revoilà Editors dans les bacs avec un nouvel opus intitulé « An End Has a Start« . Le single Smokers Outside The Hospital Doors reflète l’évolution voulue par Tom Smith à son groupe pour se débarasser un tant soit peu de l’ombre du grand Ian. Si la voix de son leader est toujours aussi caverneuse, les riffs de guitares aisément reconnaissables et les mélodies mélancoliques (Tom Smith semble porter tout le poids du monde c’est le cas de le dire sur le bien nommé The Weight of The World), le piano est de plus en plus présent sur les compositions du quatuor.

S’il semble vain de chercher une explication philosophique au titre de cet album, on peut penser que « An End Has a Start » est en quelque sorte un message envoyé à tous ceux qui rangeaient Editors dans les ersatz d’ersatz de Joy Division. Malgré une évolution plus ou moins affirmée sur ce nouvel album, la bande à Tom Smith prouve qu’elle joue bien en 1ère division de la ligue des clones. Let the war begins.

Les titres The Racing Rats et An End Has a Start sont en écoute dans la radio-blog.