Radio Campus Paris avait eu la bonne idée de convier pour leur soirée Plug & Play Summer Party le combo parisien (Please) Don’t Blame Mexico et une partie des Texans d’Okkervil River. La soirée était gratuite et se déroulait à la Mécanique Ondulatoire, un nouveau café-concert prés de Bastille. Le temps de siroter quelques bières avec Fred, Kim nous rejoint et en profite pour me léguer les albums de Windmill et The Twilight Sad que je chroniquerais donc bientôt.

Il est 21h30 lorsque l’assistance que j’imaginais plus nombreuse descend les quelques marches menant à la cave. L’odeur me rappelle de bons souvenirs de concerts à Bordeaux où les caves sont nombreuses, on se demande bien pourquoi…Maxime Chamoux est le seul « Mexicain » à affronter le public, en même temps ce projet est un peu le sien ou l’était jusqu’à l’arrivée de ses acolytes Jane Lane, Franz S. Lorenzo et Thomas P-Raw. Seul derrière son clavier il distille quelques uns des titres que l’on retrouve sur les 2 premiers EP du groupe (« First Aid » et « Michel Foucault »). Une bonne partie du public présent connais déjà les titres par coeur et notamment l’excellent Michel Foucault (Saved my Life) sur lequel les Pampapams de Maxime sont repris en choeur. Je découvre avec plaisir les compos d’un groupe dont j’avais entendu parler plutôt en bien sur la blogosphère, à juste titre il faut le reconnaître. Le set terminé je me décide à acheter leur dernier Ep afin de me faire une idée plus précise des titres en formation complète car même si j’ai bien aimé la prestation de Maxime j’ai trouvé le tout un chouïa minimaliste. Là vous allez me dire t’avais qu’à allez voir Rémy Bricka en concert si t’es pas content !!! Sa colombe était malade il a dû annuler tous ses galas… Bref quoi qu’il en soit j’ai écouté les 4 titres du Michel Foucault EP et l’apport des 3 autres caballeros est, à mon sens, un plus indéniable pour les compositions de Maxime. Allez constater par vous même sur leur page Myspace.

Will Sheff et son batteur Travis Nelsen sont ici comme nous l’explique Will à la demande de leur label, lui se voyait plutôt couler quelques jours de vacances avec sa copine. Dur dur la vie d’artiste. Le leader d’Okkervil River interprète tout d’abord quelques titres (dont un Our Life is Not a Movie or Maybe que n’auraient pas renié les Shins) de son nouvel album « The Stage Names » à paraître début septembre. Tel Rémi Bricka (encore lui ?), Will Sheff joue de plusieurs instruments en même temps, en l’occurence de la guitare et de l’harmonica. On pourrait y ajouter sa voix tant le Texan joue à merveille avec elle, passant des graves aux aigus comme sur mon titre préféré For Real interprété seul au clavier pour conclure le set.  Le groupe sera de retour en formation complète en novembre et espérons qu’aprés avoir écumé les bateaux parisiens (Guinguette Pirate et Batofar), ils aient cette fois-ci les honneurs d’une vraie salle. Ils le méritent amplement.

[Mp3] Okkervil River – Our Life Is Not a Movie or Maybe

[Mp3] Okkervil River – The President’s Dead