Mercredi dernier, 04 juillet, j’avais rendez-vous avec Natasha Khan au nouveau Casino. J’avais la possibilité de faire son interview mais comme d’habitude mon boulot me laisse peu de latitude pour poser des 1/2 journées au gré du vent et surtout du bon vouloir des artistes. Je me suis donc contenté de l’invitation à l’écouter chanter, accompagnée qu’elle était de ses muses qui composent le groupe Bat For Lashes. C’est peu de dire que l’on a battu des cils (la traduction de « bat for lashes ») devant la performance de Natasha Khan pendant la petite heure qu’elle nous a accordé. A peu prés tous les titres de son 1er et unique album « Fur and Gold » que j’avais chroniqué il y a quelques mois ont été passé à la moulinette live plus une reprise du Petit chevalier de Nico (à laquelle elle est souvent comparée), une cover d’un titre de Springsteen (I’m on Fire) et un inédit pour le rappel (Moon and Moon). Toujours affublées de leurs tenues néo-hippies, les 4 filles de Bat For Lashes sont toutes multi-instrumentalistes et c’est à un incessant ballet que l’on assiste entre les morceaux. Les cordes, percussions ou instruments bizarres (auto-harpe, marxophone…) et la voix de Natasha sont autant de terrains de jeux sur lesquels le groupe arrive à construire un univers dans lequel je me laisse embarquer avec un aller simple dans la main. Difficile d’extraire un morceau plutôt qu’un autre de ce set mais pour l’anecdote je repense à What’s a Girl To Do sur lequel Natasha Khan enjoignit le public à pousser des hurlements de loup afin de rompre le silence quasi religieux qui régnait dans la salle pendant les morceaux. On dit d’elle que Thom Yorke et Björk sont fans de ce qu’elle fait (au point que l’islandaise a demandé à ce que Bat For Lashes assure sa 1ère partie à Rock en Seine), moi je dis qu’ils ont bon goût ces 2 là.

Bat For LashesWhat’s a Girl To Do

Publicités