C’est l’histoire d’une séance de rattrapage cinématographique qui se transforme en hommage à Chan Marshall a.k.a. Cat Power. Je décidais le même soir de me farcir la tarte aux myrtilles de Wong-Kar-Wai (My Blueberry Nights) et le biopic de Todd Haynes sur Bob Dylan (I’m Not There) à la BO bien garnie.

My Blueberry Nights est le premier film de Wong-Kar-Wai, réalisateur de In The Mood For Love, à Hollywood.  Le bonhomme s’est entouré pour l’occasion d’un casting qui plaira autant aux femmes (Jude Law) qu’aux hommes (Nathalie « Marry me » Portman, Rachel Weisz et la chanteuse Norah Jones). Si les histoires respectives des 2 premières nommées sont loin d’être inoubliables, celle concernant Norah Jones (le fil conducteur du film) est beaucoup plus intéressante, moins pour son talent d’actrice encore balbutiant que pour l’apparition de Chan Marshall. La chanteuse de Cat Power donne la réplique à Jude Law dans le rôle de son ex-petite amie russe. Si l’apparition est de courte durée (moins de 5 minutes), sa présence est prolongée via le titre « The Greatest » (issu du dernier album en date ) qui est en quelque sorte le thème du couple Jude Law/Norah Jones.

[Mp3] Cat Power – The Greatest

I’m Not There promettait de faire revivre Bob Dylan sous les traits d’acteurs et actrice aussi différents que Cate Blanchett, Christian Bale, Heath Ledger ou encore Richard Gere. Le pari était osé, sur ce point là on peut dire qu’il est réussi, notamment grâce à la trés belle performance de Cate Blanchett sous les traits de Robert Zimmerman…ou plutôt une version fantasmée de celui qui se faisait appeller Bob Dylan. Si son personnage est celui qui se rapproche le plus du Bob Dylan que je connais, le film choisit de retracer des évènements trés précis de la carrière du chanteur qui échapperont à tous ceux (dont je fais partie) qui ne connaissent que peu ou pas la carrière et la vie personnelle de l’ami Bob. Bref, si le film peut se regarder et s’apprécier en tant que tel, on a souvent le sentiment de passer à côté de quelque chose, écueil auquel avait échappé il me semble le Control d’Anton Corbijn. Heureusement le film bénéficie d’une bande-originale de grande qualité, des morceaux du sieur Dylan revu et corrigé par quelques grandes figures actuelles (Sonic Youth, Yo La Tengo, Sufjan Stevens, Antony and the Johnsons, Stephen Malkmus…) ou pas (Eddie Vedder) de la scène indé. Parmi elles se trouve devinez qui, je vous le donne en mille : Chan Marshall. Ouahou c’est dingue, on est en pleine 4ème dimension…et moi je rame pour donner une cohérence à ce post.

[Mp3] Cat Power – Stuck Inside of Mobile with the Memphis Blues Again

Pour finir la belle sortira un nouvel album en janvier (Jukebox) et sera en concert à Paris, le 21 du même mois au Bataclan. Je serais si tout va bien parmi les chanceux, en espérant qu’elle ait rangé son penchant pour la bouteille à la cave…

Publicités