Il arrive qu’un album sorti d’on ne sait où squatte votre platine plusieurs semaines durant. Pas convaincu par la hype entourant Lightspeed Champion et Vampire Weekend, je me rabattais sur un obscur groupe de Portland dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Le coup de foudre fut immédiat (sinon ça serait pas un coup de foudre, cqfd). « Silent Generation« , le premier album de The Dimes, m’accompagne désormais matin et soir. Résolument pop, il fait penser en vrac aux Decemberists, Death Cab For Cutie, Fountains of Wayne, The Thrills, Oh No! Oh My! et aux indémodables Beach Boys. Catch Me Jumping est le genre de morceau que je suis capable d’écouter 12 fois de suite sans lassitude aucune, un sourire béat inondant mon visage. Sorti dans l’indifférence générale en décembre dernier, l’album de The Dimes est un concentré de bonheur en 13 titres euphorisants. Mention particulière aux handclaps qui rythment de nombreux titres.

[Mp3] The DimesCatch Me Jumping
[Mp3] The DimesBattle of San Jacinto
[Mp3] The DimesPaul Kern Can’t Sleep

The Dimes on Myspace.
Site officiel.

Quoi que encore méconnu, Jonquil a bénéficié d’une exposition plus importante que The Dimes sur la toile grâce au concert à emporter qu’ils ont donné pour La Blogothèque. Accordéons, cordes, choeurs, les Anglais sont tombés dans la marmite d’Arcade Fire quand ils étaient petits.

[Mp3] JonquilLions
[Mp3] JonquilSudden Sun
[Mp3] Jonquil Whistle Low

Jonquil on Myspace.

A noter que ces albums ne sont pas encore distribué en France mais peuvent être achetés sur le site des artistes (paiement sécurisé par Paypal). Vu le niveau du dollar par rapport à l’euro, il ne vous en coûtera que de maigres deniers. Jonquil sera en concert le 4 Avril à la Flêche d’Or et The Dimes devraient venir en France sous peu.