Dimanche, visite du temple de Doi Suthep le matin, un lieu de pélerinage visiblement pour de nombreux ThaIlandais. L’apres-midi, départ en bus pour la vallée de Pai. Nous avons de nouveau choisi un bus local car nous n’avons pour l’instant pas eu de mauvaises surprises, le confort (un peu) et le prix (surtout) étant au rendez-vous. Le Lonely Planet nous prévient que la route pour Pai est trés sinueuse. Le bus avec clim que nous avons réservé s’avere en fait une épave et la clim un misérable filet d’air que l’on cherche tel des poissons rouges sortis de leur bocal. Le trajet doit en théorie durer 3h, il en comptera 1h30 de plus. Quand a la route, le terme sinueux est un euphémisme. Ce n’est pas pour rien s’il y a des sacs a vomi (dont mes voisins ont eu besoin) un peu partout dans le bus…

Le cadre idyllique de nos bungalows sur les hauteurs de Pai, pour un prix dérisoire, nous fera vite oublier ces désagréments.

Lundi, nous partons de bonne heure pour une journée de trek dans la montagne. Il fait trés chaud, Claire oublie de mettre de la creme solaire…Notre guide est un vrai montagnard qui avale la pente comme si c’était du plat. On se débrouille pas mal derriere, on est largement en avance sur l’horaire prévu. Visite de villages occupés par des minorités ethniques (Lisu, Lahu). Une villageoise nous propose de venir fumer un peu d’opium avant notre randonnée, on refuse poliment. Le gouvernement Thai a plus ou moins eradiqué la culture du pavot au profit de…l’ail. Personne ne nous a proposé de venir fumer de l’aioli je vous rassure !! Un violent orage vient nous rappeler que le temps est tres changeant en montagne. On attend tranquillement que ca passe en mangeant des nectarines et des mangoustans. On finit le trek, la descente est rendue difficile a cause de la boue puis retour a Pai a l’arriere d’un camion transportant des bieres.

Mardi matin, on prend enfin le temps de faire un massage. Seb et moi optons pour le massage Thai et Claire pour le massage des pieds et jambes (ben oui quand on met pas de creme solaire…). On demande a avoir nos massages en meme temps, on se retrouve cote a cote pendant une heure a se faire masser, enfin me concernant ca ressemblait parfois a du judo ou a de la lutte tant on se retrouve parfois dans des positions abracadabrantesques (il n’y a aucun sous-entendu, bande de vicieux). Seb etait lui pas assez souple pour pouvoir avoir droit a tout. L’apres-midi on repart pour Chiang Mai mais on opte cette fois-ci pour un mini-bus avec un vraie clim et pour un tarif a peu pres equivalent. Nousretournons dans la guest house qui nous avait heberge precedemment.

Mercredi matin depart en avion pour le sud.