James Yuill a commencé par travailler pour les autres, promotion puis remix, avant de se décider à apparaître sous les feux des projecteurs, qui plus est en solo. Tiraillé entre le folk et l’electro, James Yuill a décidé…de ne pas choisir et de mélanger guitare et laptop. Si les influences avouées du bonhomme sont plutôt à chercher du côté de Radiohead époque « Kid A », Nick Drake ou Aphex Twin, c’est aux éphémères The Postal Service, à Tunng ou encore aux Allemands de The Notwist que l’on pense à l’écoute de son premier album. On y trouve quelques pépites de folktronica, tantôt mélancoliques (Left Handed Girl ; This Sweet Love ; The Ghost), tantôt plus dansantes (No Surprise ; No Pins Allowed). Un premier album plein de classe et d’élégance qui en appelle forcément d’autres.

James Yuill This Sweet Love

James Yuill No surprise

Publicités