En préparant mon futur voyage, je suis tombé sur le carnet de route du précédent, il y à 8 mois déjà. En le relisant, tous les souvenirs me sont revenus en mémoire, les bons (nombreux) comme les mauvais (peu nombreux). Je me suis rendu compte que je n’en avais pas trop parlé ici alors que c’était quelque chose que je faisais par le passé. C’est l’été, l’actualité musicale est au ralenti, je me dis qu’une petite respiration touristique ne serait pas du luxe ici. Je vais donc essayer via quelques extraits de mon carnet de voyage et photos de résumer 1 mois de mon périple au Népal, entre le 28 octobre  et le 26 novembre 2008.

Mardi 28 Octobre 2008 :

Je rejoins Seb à Denfert-Rochereau, comme d’habitude, puis RER jusqu’à Roissy pour un décollage prévu à 21h45. Le vol jusqu’à Abou Dabi se passe bien même si aucun de nous ne parvient à trouver le sommeil. Comme d’habitude. Les raviolis à la ricotta ont du mal à transiter vers mon estomac, je suis à 2 doigts de foncer aux toilettes. On arrive vers 07h15 heure locale, l’aéroport est bondé de touristes en transit. Les raviolis, elles, sont parties. On repart vers 10h10, direction Katmandou.

Mercredi 29 Octobre 2008 :

On atterrit vers 16h heure locale après un vol de 4 petites heures…On loge dans Thamel, le quartier touristique de Katmandou. Le confort est plutôt spartiate, une planche en bois sert de sommier, on est tellement claqué que ça devrait faire l’affaire. Les ruelles sont étroites et sinueuses dans Thamel, l’agitation est permanente, d’autant plus que nous arrivons pendant une période de festivités nationales. Un peu partout, des gamins font péter d’énormes pétards, si possible dans les pieds des passants, tandis que des adultes nous proposent des pétards moins explosifs. Katmandou reste Katmandou. Je tombe de sommeil, manquant de m’endormir en attendant les plats au restaurant. On se couche tôt mais après 4h de sommeil les pétards et les aboiements des chiens errants sous nos fenêtres ont raison de ma fatigue…

Jeudi 30 Octobre 2008 :

…Ballade dans Katmandou, dans le quartier de Durbar Square. Les ruelles sont toujours aussi étroites, sales, polluées et bondées. On appelle ça le quartier moyen-âgeux sauf que la vie semble ici aussi revenue à cette époque…On se couche un peu plus tard mais le résultat est le même. 8h de sommeil en 3 jours et le trek commence demain.

Vendredi 31 Octobre 2008 :

Départ vers 7h du mat’ pour un long trajet en mini-bus : 190km en 6h ! La route est dans un état lamentable, les accidents nombreux…On arrive vers 13h à Besi-Sahar, point de départ du tour des Annapurnas. La fête bat son plein ici aussi, des concours de danse un peu partout s’improvisaient…

Samedi 1er novembre 2008 :

Le jour J. Debout 6h après une énième nuit inconfortable sur une planche en bois. La fenêtre au dessus de mon lit laissait passer un courant d’air sournois, je crois que je me suis chopé la crêve. Départ de Besi-Sahar, à 800m d’altitude. On traverse des villages Gurung, le paysage ressemble à une carte postale avec ces rizières étagées…On aperçoit notre 1er sommet au loin, l’Himalchuli, culminant à 7890m. La route est plutôt facile, ça monte tranquille. Pause déjeuner à 11h à Bhulbhule où l’on bulle un peu (oui bon je sais…) puis on repart via les nombreux ponts de singes traversant la rivière Marsyangdi. Des cortèges de mulets transportant riz et produits de première nécessité (bière) empruntent le même chemin que nous. Les 3h30 de marche de l’après-midi sont plus rudes que les 4h du matin…On arrive vers 16h30 à Bahundanda, à 1310m d’altitude, la douche chaude est la bienvenue. Il fait nuit à 17h30, l’apéro et le repas s’effectue à la bougie suite à une coupure de courant dans le village. On goûte plusieurs plats locaux, le rakshi (apéritif local pas terrible), les momos (des raviolis tibétains fourrés à la viande et aux légumes, très bon).  La plupart vont se coucher vers 19h30, quelques uns, dont Seb et moi, restent avec Krishna (notre guide) qui nous apprend une chanson népalaise traditionnelle. Fous rires garantis.

Dimanche 02 Novembre 2008 :

La nuit fut encore agitée, pas l’habitude de me coucher aussi tôt chaque soir (20h30). Le sac de couchage, prévu pour les températures négatives, est un peu trop chaud pour les nuits à 1300m. Un des trekkeurs de notre groupe s’est à moitié assommé et ouvert profondément le crâne ce matin. Les portes ne sont pas prévus pour des gars de plus d’1m70 donc quand vous dépassez le mètre 90…Heureusement il y a une infirmière et un pompier dans notre groupe, quelques pansements américains feront l’affaire là ou plusieurs points de suture auraient été nécessaires. Départ retardé vers 8h, il fait déjà très chaud. La piste monte, puis descend, puis monte, puis descend…jusqu’à Jagat où nous prenons le déjeuner vers midi et demi. On est toujours à 1310m d’altitude. Seulement 1h et 1/2 de montée au programme de l’après-midi jusqu’à Chyamche. La lodge est superbe, avec vue sur une magnifique cascade. Le repas, à la bougie, est toujours un moment d’échange entre nous et les népalais qui nous accompagnent. Celui-ci se termine par des chants, un morceau de flûte…et une partie de Uno.

Publicités