Cela faisait un petit moment que j’avais ce post dans les tuyaux, j’attendais le bon moment pour le mettre en ligne, il faut croire que le bon moment est arrivé. En fait, tout bien réfléchi, cela tombe plutôt bien puisque j’ai sans le vouloir entamé une petite série de titres noisy/shoegaze dans la rubrique « Best Songs of 2009 ». Il y a eu The Big Pink, un de mes gros coups de cœur de la rentrée future, et puis School of Seven Bells, que j’ai découvert un peu en retard mais qui ne quitte plus mes écouteurs. Parler de The Pains of Being Pure at Heart (que l’on appellera TPBPH par  commodité) est donc plutôt la suite logique, tant ce groupe s’inscrit dans le revival noisy/shoegaze qui secoue actuellement la planète indé. Sur l’échelle de Kevin Shields (échelle noisy de référence), TPBPH occupe pourtant seulement les premiers barreaux. Les New-Yorkais proposent en effet un brillant mélange entre guitares noisy et pop racée, une sorte de croisement entre My Bloody Valentine et Belle & Sebastian, Jesus & Mary Chain et les Smiths. Nul doute que l’on se souviendra d’eux au moment de faire le bilan de l’année, en tout cas moi je me souviendrais longtemps de leur tube Young Adult Friction.

Site officiel.

The Pains of Being Pure at Heart on Myspace.

Publicités