La première fois que j’ai entendu Excuses, le premier extrait de « Big Echo« , j’ai cru que j’étais tombé sur un morceau de Grizzly Bear sauf que je trouvais ça plutôt pas mal alors que, contrairement à 99% de la blogosphère, j’ai beaucoup de mal avec Grizzly Bear (hormis l’immense Two Weeks) . Il s’avère qu’il s’agissait en fait des Morning Benders, un groupe de jeunes californiens, et qu’en cherchant un peu je découvrais que leur second album a été produit par Chris Taylor, qui n’est autre que le bassiste de…Grizzly Bear. La ressemblance entre les 2 groupes se fait également sentir sur l’album et notamment sur la superbe Promises, sucrerie mélodique élevée au grain de la sunshine pop des 60’s.  Bien qu’inégal, « Big Echo » se place d’ores et déjà comme un sérieux outsider aux « mentions » distribuées en fin d’année grâce à des titres tels que Wet Cement, Stitches, Pleasure Sighs ou les 2 susnommés. Ils seront en concert ce soir au Nouveau Casino dans le cadre des Soirées Custom et en concert privé demain dans les fameuses Soirées de Poche de la Blogotheque.

A voir également les 2 vidéos enregistrées avec l’Echo Chamber Orchestra, un collectif improvisé de potes musiciens dont John Vanderslice et Christopher Owens (Girls) : Excuses et Stitches.

Publicités