En vrac


Le stand up : les médias n’ont que ce mot à la bouche en ce moment…et c’est tant mieux.Oui c’est tant mieux car j’avais parlé il y a peu dans ce post qu’un pote s’était lancé là dedans, à un moment où pas grand monde ne savait ce que c’était, où ça n’intéressait pas encore les médias avides de récupérer ce nouveau phénomène de la France Black-Blanc-Beur.

Depuis Fred Chau a fait du chemin et a tracé sa route jusqu’au Jamel Comedy Club, tous les samedis à 20h sur C+ en clair. Je suis vraiment content pour lui, j’espère que ce n’est que le début et que bientôt on ne dira plus Black-Blanc-Beur mais Noich-Black-Blanc-Beur.

En attendant Telerama fait une présentation de quelques uns des membres du Jamel Comedy Club sur son site internet, avec bien entendu celle de Fred.

Le dénouement est proche. Ce soir les Bleus continueront d’être de magnifiques volatiles de combat pour encore 4 jours ou redeviendront les vieux coqs décharnés qu’ils étaient aux yeux de la majorité des Français il y a seulement 15 jours. Depuis l’arrogance hispanique et la nonchalance brésilienne ont été renvoyées dans leurs pénates au terme de 2 matchs enfin aboutis. Signe du retour en grâce des héros de 1998 et 2000, le « I will survive » de Gloria Gaynor est ressorti du placard. Foot et musique semblent marcher main dans la main, mais qu’en est il vraiment ?

Pour mémoire en 2002, avant le départ en Corée et Japon, la France était alors championne du monde en titre et avait eu droit à son morceau d’encouragement  (« Allez les bleus« ) chanté par l’icône du rock hexagonal, l’homme qui remplit les stades, le Mick Jagger français (enfin belge), j’ai nommé….Johnny Hallyday. De là à y voir un lien de cause à effet avec la déroute des Français au dit Mondial, il n’y à qu’un pas…que je franchis allègrement.

Cette tradition de créer un morceau pour l’équipe nationale, disparue aussi rapidement qu’elle était venue chez nous, a la peau dure chez nos amis anglais, où la relation étroite entre rock et foot n’est pas une utopie. Pour cette édition de la coupe du monde, Embrace avait intitulé le  morceau censé accompagné l’équipe nationale « World at your feet« . On connait la suite : Wayne Rooney a mal compris le sens de la phrase et s’est essuyé les pieds en question sur les attributs du portugais Carvalho. Retour à la maison prématuré pour les Britons et leur compagnes (les Wags). Les tabloïds anglais ne pourront plus consacrer leur page ou double-page quotidienne aux frasques de ces dames. Les anglais se consoleront en ressortant des cartons « World in motion« , l’hymne créé par New Order en 1990 pour la coupe du monde en Italie, qui reste à ce jour comme le meilleur morceau écrit pour des footballeurs, avec des vrais morceaux de footballeurs qui chantent. La preuve.

En France aussi on a eu droit aux footballeurs-chanteurs. Le moins connu d’entre eux est celui qui a eu le plus de succés dans les charts (Jean Pierre FrançoisJe te survivrais). Toujours au rayon soupe, Djorkaeff, Boli-Waddle et surtout Pascal Olmeta (« Tape dans un ballon« , tout un programme) se sont essayé aux arabesques musicales pour autant de bides. L’un des morceaux les plus célèbres en France sur le foot reste donc « Allez les Verts« , que chantait les bien nommés Supporters dans les années 70. Les Stépanois ont d’ailleurs la côte et la nostalgie de leur passé glorieux puisque Mickey 3D a récemment intitulé un de leurs morceaux « Johnny Rep« , en hommage au joueur Hollandais qui fit les beaux jours des Verts.

Les joueurs de foot s’apparentent parfois à de vrais icônes rock par leur charisme, leurs frasques ou plus simplement leur talent footbalistique. George Best fut le 1er footballeur à être adulé comme une rock star, il était même surnommé le 5ème Beatles. Le 1er opus de The Wedding Present en 1997 fut l’occasion pour eux de rendre hommage à leur idole en mettant une photo du joueur sur la pochette de l’album intitulé tout simplement « George Best Plus« .  Dans les années 90, Eric Cantona fit revivre l’esprit de George Best par son talent et ses frasques sur et en dehors du terrain et eu droit lui aussi à un traitement digne des rock stars. Le morceau à sa gloire, créé par les fans de Manchester United « Oooh ah Cantona » fut même un succés commercial. Manchester United est décidément un club particulier puisque Morrissey, grand supporter des Red Devils, a écrit un morceau (« Roy’s Keen« ) pour le capitaine (et accesoirement boucher notable) mancunien des années 1990-2000, l’irlandais Roy Keane. Plus proche de nous, la Mano Negra a également rendu hommage à l’un des plus grands joueurs de tout les temps sur le morceau « Santa Maradona« .

On attend fébrilement que Francis Lalanne, auto-déclaré supporter n°1 des Bleus, nous ponde un pamphlet contre la vilaine presse qui a critiqué l’équipe de France. Ca commencerait comme ça : « Vous les ronds-de-cuir… »

La coupe du monde de foot bat son plein. Vous vous injectez votre dose quotidienne de "ballon-pied" via votre télécommande en zappant sur TF1, M6, Eurosport, Canal+, Canal+ Sport. Vous ne manquez aucune de ces somptueuses affiches que sont Mexique-Angola, Tunisie-Arabie Saoudite…avec les commentaires avinés avisés de Thierry Roland…

Oui mais voilà le 9 juillet le grand barnum allemand prendra fin et vous redoutez déjà le vide que cela va procurer non pas dans votre vie sociale, vu que vous ne sortez plus de chez vous hormis pour vous réaprovisionner en cahouètes et boisson au houblon, mais dans votre existence à proprement parler.

Heureusement le 7ème art n'est pas rancunier que vous l'ayez délaissé pendant 1 mois et vous propose une désintoxication en douceur. Le cinéma ayant fleuré le bon filon, le sport le plus populaire au monde se "produit" aussi dans les salles obscures. Il y en a même pour tous les gôuts.

Shaolin Soccer est bien entendu à ranger dans la catégorie des comédies puisque mélangeant le film d'art martiaux et le football. Vous rêviez de voir "Olive et Tom" le dessin animé de votre enfance sur grand écran, Stephen Chow l'a fait et a même dépassé vos espérances.

En France aussi on aime les comédies et on aime le foot. Résultat un film pas trés drôle sur le foot (3 Zéros) et un film trés drôle avec un peu de foot (Didier). On peut aussi évoquer Delphine 1-Yvan 0 de Dominique Farrugia qui s'il n'est pas trés drôle a au moins le mérite d'être plus original que le film d'Onteniente. Les 2 plus célèbres commentateurs de ballon-pied à la télé narrent les déboires d'un couple à la manière d'un match de foot.

Le films français sur le foot le plus réussi reste donc Coup de tête de Jean Jacques Annaud en 1979, mi-comédie mi satyre sociale. Francis Veber ayant écrit le scénario, Patrick Dewaere remplace Pierre Richard dans le rôle de François Perrin, l'anti-héros cher à Veber (avec François Pignon).

En Angleterre aussi on aime le foot. Les matchs de l'équipe nationale sont toujours une bonne occasion pour s'imbiber de boisson au houblon et distribuer quelques bourre-pifs aux supporters adverses, "le fair-play britannique" ou something like that.

Football Factory de Nick Love, est une adaptation d'un roman de John King et raconte à la manière d'un documentaire la passion des hooligans de Chelsea (les pires d'Angleterre) pour leur équipe mais surtout pour les bastons d'avant ou aprés-match. Edifiant. Le sujet a de nouveau été traité il y a peu dans le Hooligans de Lexi Alexander avec Elijah Wood. En France Jean Piere Mocky s'était aussi essayé au film sur la violence des supporters avec le plutôt réussi "A mort l'arbitre", avec Michel Serrault et Eddy Mitchell.

Chez les anglais le foot peut également prêter à sourire. La preuve avec Joue la comme Beckham et Jimmy Grimble, 2 comédies qui ont connu un fort succés auprés de la gente féminine. Vinnie Jones, ex-footballeur à Wimbledon, plus célèbre pour ses tacles assassins que pour ses dribbles chaloupés, devenu acteur avec Arnaques, crimes et botanique et vu récemment en Juggernaut dans X-Men3, est également au casting d'une comédie ayant pour sujet le foot…en prison. Ca s'appelle Mean machine (Carton Rouge en français). Sacré Vinnie !!

A noter également l'adaptation par les Frères Farelly du roman de Nick Hornby "Carton jaune" (la passion d'un fan de l'équipe d'Arsenal) mais magie du cinéma US le football est devenu base-ball…

L'un des fims les plus célèbres ayant un rapport avec le foot a pour interprêtes Sylvester Stallone, Michael Caine…et Pelé. A nous la victoire de John Huston retrace un match de foot pendant la seconde guerre mondiale entre soldats nazis et prisonniers alliés. De nombreux footballeurs célèbres de l'époque (Bobby Moore, Oswaldo Ardiles…) apparaissent dans ce film qui est resté dans les annales pour son casting footbalistique mais pas pour son scénario.

Si l'on y ajoute la comédie espagnole Footbal Days ou le film autobiographique sur Zidane, on a là un bon échantillon de patchs à administer à tous les accrocs du ballon rond. Et si malgré tout ça les symptômes persistent, il reste les films de genre…

Ca y est c'est parti, le monde est complètement foot  pendant 1 mois, les allergiques au ballon rond vont avoir beaucoup de mal à y échapper. TF1, Canal+, Eurosport et même M6, la chaîne qui se vantait en 2002 d'avoir 0% de foot dans ses programmes, assurent la couverture médiatique télé.

Je ne parle généralement pas de foot ici mais je vais faire une exception durant la coupe du monde. Pas question cela dit de faire un truc sérieux, des analyses technico-tactiques ou je ne sais quoi mais putôt un regard décalé sur l'évènement.

Mon 1er souvenir télévisuel remonte à 1982, la coupe du monde en Espagne aussi appelée Mundial. A cette occasion j'ai également eu mon 1er album Panini, vous savez les stickers avec les têtes des joueurs dessus. A l'époque le foot n'était pas aussi populaire et médiatique qu'à l'heure actuelle et les joueurs n'étaient pas des stars que l'on voyait dans des défilés de mode ou les magazines people aux bras de mannequins. Je me souviens qu'il y en avait certains qui étaient même limite flippants pour le petit garçon de 7-8 ans que j'étais. Les Allemands notamment ressemblaient à une gallerie de serial killer, la 1/2 finale de Seville nous a prouvé que ce n'était pas qu'une coïncidence. Schumacher, Breitner, Hrubesch (surnommé le monstre) étaient les plus "beaux" spécimens.

Ces images étaient aussi l'occasion de voir les modes concernant la coiffure dans les pays concernés. C'est donc là que j'ai découvert la célèbre coupe mullet : court devant et sur les cotés, une brosse ou court sur le dessus et long derriere !!! Les pays d'Europe de l'Est étaient de grands pourvoyeurs de "mullets", notamment l'ex-Tchecoslovaquie. Les Polonais faisaient plutot le choix de la moustache (Lech Walesa style) et les Bulgares…les Bulgares…le mieux est de laisser parler une photo de Trifon Ivanov (éloignez les enfants d'abord):

Les images Panini sont parfois cruelles et certains considérés plus ou moins comme des playboys il y a peu seraient surement heureux de les voir disparaitre. Emmanuel Petit par exemple dans un trés bel exercice de mullet-head :

Par contre pour certains on avait l'embarras du choix et on attendait avec impatience la nouvelle collection pour voir quelle tête il allait nous faire ce coup-ci. C'était le cas du néelandais Michael Reiziger :

Finalement avoir l'image de Platini, Maradona ou autres stars mondiales, devenait moins intéressant qu'avoir les "freaks" de la compétition et se constituer sa "Ugly Team" qui effraierait tout le monde rien qu'en entrant sur le terrain.

C'est ce qu'on fait les gars de Ugly footballers qui proposent de nombreux portraits de footballeurs (surtout anglais) d'une autre époque.

Les paris sont ouverts pour la Ugly Team 2006, quelque chose me dit qu'un français risque de s'y retouver en bonne position.

Une flash mob ? kézako ?

Non ce n'est pas une mobylette de flic équipée d'un radar mais un phénomène qui nous vient des Etats-Unis (of course) et qui signifie "foule éclair". Les participants ne se connaissent pas pour la plupart, sont prévenus par mail ou sms quelques heures avant "l'action" sur le lieu et l'horaire. Il n'y a généralement pas de but avoué à ces actions éclairs même si certains y voient, à l'heure du grand boum d'internet et de la téléphonie, un retour à plus de "sociabilité". Les flash mobs ont souvent un côté artistique, poétique, loufoque qui les fait parfois comparer aux happenings.

Intrigué depuis un moment par ce phénomène et ayant eu vent du déroulement futur d'une flash mob d'un genre particulier, j'ai décidé de m'inscrire pour voir ça de plus prés. Paris a donc connu hier son 1er "Pillow Fight" (littéralement une bataille d'oreiller ou de pelochons), aprés les Etats-Unis (of course) et quelques grandes capitales europénnes.

Bien entendu les médias ont cherché une signification, une revendication et bien entendu il n'y en avait aucune si ce n'est un côté potache clairement assumé. Depuis quand on a besoin de trouver une justification à une bataille de pelochons ???

Allergique que je suis à la plume d'oie, j'ai courageusement évité l'affrontement mais j'ai quand même pris quelques photos des combats, dans lesquels quelques uns y ont laissé des plumes. Attention certaines images sont insoutenables…surtout pour toutes les oies qui me lisent (et je sais qu'elles sont nombreuses).

Vous aussi vous ne supportez plus le matraquage en règle de la part des opérateurs de renseignements téléphoniques ? Les gars de Radio+ (le samedi midi sur C+ en clair) et leur humour potache vous ont vengé. Ca dure 3mn30 à partir de la 20ème minute d’émission, c’est hilarant et c’est à regarder sans modération. Le lien risque de ne fonctionner que quelques semaines donc ne tardez pas…ou rendez vous au 14 boulevard de la Madeleine.

J’y retourne. 118….

Interview pleine de modestie (Blaise) de Gino chez le Cafard Cosmique, les critiques sont plutôt bonnes et la private joke me concernant dans les projets m’a beaucoup fait rire, je l’avoue.

Le 14 Avril sera à marquer d'une pierre blanche et je ne serais malheureusement pas en France pour en profiter pleinement. Je serais surement ivre mort sur une plage des Caraïbes en train de rôtir au soleil mais j'aurais une pensée pour eux.

Le Vendredi 14 Avril verra donc la sortie du 1er roman de Gino "Neurotwistin" (illustrations de Rémy Cattelain, Laurent Claret, Al Covial, Frédéric Grivaud, Gynux, Afif Khaled, LLcooljo, Patrick Marcel, Rica, Tanxxx, Nicolas Trespallé) aux éditions Les Moutons Electriques.

Neurotwistin'

Années 1990 : Harry est une grenouille au cerveau modifié, capable de converser et de réfléchir comme un humain. Mais le batracien est aussi écrivain. L’œuvre de sa vie s’appelle Neurotwistin’, série dont l’essentiel de l’action se déroule dans les… Années 1960 : Mary Gentle, Brian Taylor et les autres agents de l’Unité 3 luttent contre de mystérieux terroristes dont le but principal semble être la destruction du réseau mondial encore à l’état expérimental, l’intanciel, et l’anéantissement des premiers animaux modifiés.
À travers deux récits parallèles, les mystères qui préoccupent l’auteur tout autant que les héros de sa fiction vont être peu à peu dévoilés. Uchronie qui piétine et encense le cyberpunk, Jerry Cornelius, Modesty Blaise, James Bond, les Invisibles et les Beach Boys, Neurotwistin’ dégaine l’arsenal pop pour plonger dans l’esprit de ceux qui veulent « changer le monde ». Post-moderne et remuant, un roman de science-fiction situé quelque part du côté du doute existentiel du Maître du haut-château de Dick et du Dreamericana de Colin.

Le 14 Avril verra également le début de la 10ème édition du festival Garorock, avec pour la 1ère année une programmation qui me fait regretter de ne pas y assister (avec Ghinzu l'an passé) grâce au travail des compères Damoon et Pea.K. et de toutes les personnes de l'ombre que je ne connais pas.
Au menu Les Ogres de Barback, The Subways, Dyonisos, Les Têtes Raides, Kill the young, Art Brut, Les Wampas, Vive la Fête and many more….

Quand des potes se bougent et font des trucs intéressants autant en parler et leur donner "un petit coup de main" avec mes modestes moyens, je croise les doigts pour eux.

Je retourne à mon choix cornélien entre l'indice 30 et l'indice 40. Le monde est cruel, je sais.

titaffiche_2006-04-02

La St Valentin, c’est Chewi qui en parle le mieux.

« Page précédentePage suivante »