Inutile de m’envoyer des lettres d’insulte ou votre professeur de français des années collège, la faute d’orthographe à Numéro « Huns » est volontaire. On appelle ça un jeu de mot, « a game of word » pour les anglophones. Pourquoi un tel jeu de mot ? je vais vous le dire. Les groupes ou artistes dont il va être question sont ceux qui ont tout rasé sur leur passage (j’en vois un au fond qui a compris). Au mieux dans l’ombre, au pire quasi-inconnus, en début d’année, ils trustent les places de numéros uns de la majorité de tops 2008 qui fleurissent sur la toile. Pour le pire et pour le meilleur…

Comment évoquer l’année 2008 sans parler de MGMT ? Que l’on ait accroché ou pas à leurs délires néo-baba sous psychotropes, on doit bien avouer que ces 2 là on réussi leur entreprise de management. Annoncée dès la fin de 2007 comme la « Next Big Thing » par le magazine Rolling Stone, MGMT aura marqué de son empreinte le paysage musical et ce bien au delà du cercle pop-rock indé. Pourtant, il y aurait à redire sur cet « Oracular Spectacular », tantôt spectaculaire (en gros la première moitié de l’album), tantôt patibulaire (en gros la deuxième moitié de l’album). Que les Inrocks les aient choisi pour être leur numéro 1 de l’année ne fait que confirmer que leur classement est essentiellement bâti sur le potentiel « hype » d’un groupe. CQFD.

Autre groupe new-yorkais ayant déclenché une épidémie de hype en début d’année, j’ai nommé Vampire Weekend. Dans leur style particulier (afro-pop-punk) mais pas forcément innovant (voir Talking Head, Paul Simon…), les Vampire Weekend ont eu le mérite de remettre le funk blanc sur le devant de la scène. Si le bruit autour de ce groupe m’est apparu comme un peu exagéré, force est de reconnaître la qualité de certains de leurs titres (A Punk ; Oxford Comma ; Mansard Roof…).

On reste dans la Grosse Pomme avec Santi White a.k.a. Santogold, alchimiste pop mariant avec succès, pop, new wave, r’n’b, dub et éléctro, à la manière d’une certaine M.I.A. Gros carton pour le single L.E.S Artistes, l’un des morceaux de l’année et trajectoire fulgurante pour la new-yorkaise d’adoption. C’est également dans les rues de Brooklyn (décidément), que les 10 travaux de l’album de Hercules & Love Affair ont pris leur source. Prenez DFA, le label de James Murphy (LCD Soundsystem) et ajoutez y un DJ local (Andy Butler), quelques amis à lui et un certain Antony Hegarthy (sans ses Johnsons). Le résultat transpire la house et le disco par tous les pores, réveille l’esprit du Studio 54 et fait ressortir les talonnettes et autres cols pelle à tarte.

On quitte la ville qui ne dort jamais pour le fin fond du Wisconsin où Justin Vernon s’est isolé pendant 3 mois afin de composer le magnifique « For Emma, Forever Ago ». Chef d’œuvre folk, en tout point bouleversant, le premier album de Bon Iver sera vite apparu pour moi comme l’évident grand gagnant de 2008. Ses mélodies m’ont touché, sa voix également. Son concert à la Maroquinerie en octobre fut grandiose, un grand moment de communion avec le public, bref Bon Iver fut un Attila ne laissant que des miettes à ses poursuivants. Avec leurs barbes fleuries, leurs harmonies vocales et leur folk pastorale, les Fleet Foxes ont également marqué nos esgourdes. Que ce soit sur leur superbe EP « Sun Giant » ou sur leur album éponyme, la bande à Pecknold (Robin, de son prénom) nous a joué un folk d’un autre âge n’ayant pas pris une ride. Le numéro 1 du célèbre webzine américain Pitchfork.

Retour à New-York pour acclamer, enfin, le quatrième album de The Walkmen. « You & Me » semble enfin être en passe de pouvoir faire décoller ce groupe que j’avais découvert en 2004 avec le single The Rat. Adulés par un grand nombre de groupes indés américains, les Walkmen restaient pourtant dans l’anonymat de ce côté-ci de l’Atlantique, contrairement à ces dits groupes ne jurant que par eux. Incompréhensible, d’autant plus que le groupe ne manque pas de charisme avec son leader Hamilton Leithauser, véritable performer en live comme j’ai pu le constater lors de leur passage à la Maroquinerie en octobre dernier. Emily Jane White n’est pas new-yorkaise mais californienne. Que voulez-vous, personne n’est parfait. Elle partage pourtant un point commun avec les Walkmen puisqu’elle est signée chez l’excellent label bordelais Talitres. Elle a en effet migré très tôt vers la France où elle a fait ses premières armes, avant un retour à San Francisco afin de signer son magnifique premier album, « Dark Undercoat ». Tantôt au piano, tantôt à la guitare, les chansons d’Emily évoquent le spectre de Chan Marshall d’une époque aujourd’hui révolue. L’une des plus belles découvertes féminines du genre.

Direction la Vieille-Europe maintenant, l’Allemagne plus précisément. Ce n’est pas la première destination à laquelle on pense pour ce genre de musique (ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit) mais c’est bel et bien en son sein que l’on trouve l’auteur de l’un des plus beaux albums de l’année. Le Berlinois Konstatin Gropper a mis près de 5 ans à composer les 14 titres de son premier album sous le patronyme de Get Well Soon…mais cela valait le temps d’attendre. Mosaïque de ce qui s’est fait de mieux au cours des dernières années, « Rest Now, Weary Head » emprunte ici la mélancolie de Thom Yorke, là les cuivres de Beirut ou Kusturica, là bas les titres à rallonge de Sufjan Stevens…Lyrique, grandiose, un peu écœurant sur la durée, le premier album de Get Well Soon est assurément l’émergence d’un nouveau talent. Le talent d’Alex Turner n’est lui plus à démontrer, même si le cas du leader des Arctic Monkeys fait débat. Don’t believe the hype qu’ils disaient !! Après un rejet initial, j’étais tombé sous le charme des Arctic Monkeys et le phénomène s’est reproduit cette année avec le nouveau projet de Turner, The Last Shadow Puppets. Il aura fallu une pub pour la fête du cinéma avec un titre des Puppets en fond sonore pour me décider à redonner une chance à « The Age of The Understatement ». Composé et interprété avec Miles Kane (de The Rascals), l’album est un hommage non feint aux 60’s, une pop lyrique gorgée de cordes et de cuivres qui doit tout autant à Owen Pallet (producteur du disque) qu’à Ennio Morricone.

Pour finir, 3 groupes qui à défaut d’avoir été les plus originaux de l’année, auront eu le mérite de nous faire danser tout l’été et au delà. Le premier d’entre eux, à tous les niveaux, nous vient d’Oxford et propose un mélange d’électro-punk et de math-rock. Foals est l’un des groupes anglais les plus intéressants de l’année, ce qui tend à prouver que 1) l’année n’a pas été si géniale que ça, surtout pour les anglais et 2) je ne me souviens plus de ce que je voulais écrire donc voir 1). Bref,on entendra peut être plus jamais parler de Foals à l’avenir, ni des 2 groupes qui vont suivre (surtout des 2 groupes qui vont suivre), mais leurs tubes auront marqué ceux qui écoutent la musique avec leurs pieds. Propulsés par la pub Apple, accélérateur de buzz, les Ting Tings ont marqué l’été de l’empreinte de leurs tubes (That’s not My Name ; Shut Up and Let Me Go). Le genre de morceaux que l’on est content d’avoir sous la main pour mettre un peu d’ambiance en soirée (vous avez déjà essayé de danser sur du Bonnie Prince Billy ? c’est dur hein ?). Le propos est à peu de choses près le même pour les américains de Black Kids, quelques tubes efficaces, même si beaucoup moins bons que sur leur EP sorti l’an passé. Dans les 2 cas, un gros raz de marée médiatique qui aura tout emporté sur son passage, pas sûr qu’il en reste grand chose dans quelques mois.

En cadeau, quelques uns des meilleurs titres de 2008 en mp3 ou vidéo :

  • MGMT – Kids [vidéo]
  • Vampire Weekend – A-Punk [mp3] [vidéo]
  • Santogold – L.E.S Artistes [mp3] [vidéo]
  • Hercules & Love Affair – Blind [mp3] [vidéo]
  • The Walkmen – In The New Year [mp3] [vidéo]
  • Emily Jane White – Dagger [vidéo]
  • Bon Iver – Wolves (Act I & II) (live) [mp3] [vidéo]
  • Bon Iver – Skinny Love (live) [mp3] [vidéo]
  • Fleet Foxes – White Winter Hymnal [mp3] [vidéo]
  • The Last Shadow Puppets – The Age of The Understatement [vidéo]
  • The Last Shadow Puppets – Standing Next to Me [vidéo]
  • Get Well Soon – If This Hat is Missing… [mp3] [vidéo]
  • Foals – Red Sox Pugie (live) [mp3] [vidéo]

On nous promettait l’enfer sur terre, des trombes d’eau devaient s’abattre sur nos têtes de festivaliers durant toute la journée. C’était la raison principale de mon embourgeoisement (voir posts précédents). Le camping c’est sympa mais si c’est pour rester toute la journée à 2 dans une tente une place avec les odeurs de chaussettes sales et la pluie qui tombe sans discontinuer sur la tête, trés peu pour moi. Finalement la météo s’est trompé dans les grandes largeurs. Etonnant non ? non, vous avez raison. Il a fait pas trop moche toute la journée, un vrai temps breton donc pas beaucoup de soleil et un thermomètre qui flirtait avec les 15°C mais pas une goutte de pluie. On en profite pour visiter le grand Bé ou est enterré Chateaubriand et qui ne se visite qu’à marée basse. On quitte l’îlot alors que la marée menace de recouvrir le chemin y conduisant.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, après les performances enthousiasmantes la veille de Sigur Rós et The Notwist, la journée débute par l’annonce de la reconduction du festival version hiver et été. La pérennité de la Route du Rock est assurée au moins pour une année supplémentaire grâce aux 16000 spectateurs sur 3 jours et aux efforts conjoints des salariés et bénévoles du festival ainsi que des artistes qui ont accepté de baisser leurs cachets. Merci à eux.

C’est au trio de Portland, Menomena, qu’incombe la tâche de lancer la dernière soirée de cette 18ème édition de la Route du Rock. C’est peu de dire que les Américains prennent leur rôle à coeur. Sous les yeux d’un public encore peu nombreux mais enthousiaste, les Menomena délivrent un set plein d’intensité. Leurs mélodies pleines de chausses-trappes, de contrepieds et autres fausses pistes, prennent le Fort de Saint-Père et ses habitants d’assaut. Mention particulière à Danny Seim, le batteur-percussionniste aux pieds nus, dont la vie semble toujours tenir au fil de son rythme de batterie.

Les Nantais de French Cowboy sont un peu les régionaux de l’étape. Les ex-Little Rabits, débarrassés de leur costume de backing band de Katerine, ont endossé celui plus poussiéreux de cowboys bretons. C’est pourtant du côté de l’Ouest de l’oncle Sam que Federico Pellegrini et sa bande puisent leur inspiration. Folk, blues, country, le répertoire des French Cowboy jongle habilement avec tout ça, y ajoutant une pointe d’humour franchouillarde. Sur une reprise du Back to Black d’Amy Winehouse, Federico fait monter sur scène, une puis deux fans des Girls in Hawaii, avant de leur chanter un slow à genoux et de décrocher une belle acclamation de la part d’un public conquis.

Les fans de Girls in Hawaii n’ont pas longtemps à attendre pour voir leurs favoris monter sur scène. Les Belges sont particulièrement heureux d’être à Saint-Malo et tiennent à le faire savoir. Si sur la forme il n’y a pas grand chose à reprocher à leur set très carré, très pro, je reste plus dubitatif sur le fond qui les voit alterner les titres les plus rythmés de leur répertoire (mélange de Grandaddy et de Nada Surf) et les ballades mélancoliques un peu mièvres. Si les montagnes russes à la sauce wallonne ne me reste pas sur le coeur, je décroche par intermittence lors des passages plus calmes pour raccrocher les wagons lors des morceaux plus bruyants.

La deuxième partie de soirée promet enfin de faire bouger nos corps fatigués par ces 3 soirées de concerts. Cela commence vers 23h30 avec l’un des buzz de ces derniers mois, le duo Katie White/Jules de Martino a.k.a The Ting Tings. Leur premier album est à prendre pour ce qu’il est, une collection de tubes catchy qui donnent envie de danser en reprenant les refrains à tue tête. Les Shut Up and Let Me Go, That’s not My Name, We Walk et autres Great DJ fonctionnent à merveille en live grâce à l’énergie déployée par le duo de Salford, à commencer par une Kathie White aussi bondissante que ravissante. J’ai par contre de sérieux doutes sur ses talents de guitariste…mais peu importe, on a transpiré malgré les 12-13°C régnant dans le Fort et c’est bien là l’essentiel.

Je ne connaissais que de nom le groupe suivant, les Français de Poni Hoax, adeptes d’un post-punk de bonne facture. D’entrée je suis séduit par les titres interprétés par les Parisiens malgré des problêmes techniques qui font sortir leur batteur de ses gonds. She’s On The Radio et Antibodies sont les titres qui retiennent le plus mon attention. Une vraie bonne surprise.

Direction les Antipodes pour clôturer cette Route du Rock avec l’électro vintage des Midnight Juggernauts qui doit tout ou presque à Girogio Moroder et à la French Touch (de Daft Punk à Air en passant par Justice). On se laisse facilement embarquer dans ce voyage interstellaire rythmé par les voix vocodérisées des Aussies.

Il est plus de 3h du matin quand le rideau est tiré sur l’édition 2008 de la Route du Rock. La fête des bénévoles peut débuter au bar VIP… A l’année prochaine, maybe.