Film Sud-Africain, vainqueur cette année de l’Oscar du meilleur film étranger, « Mon nom est Tsotsi » sort la semaine prochaine sur nos écrans.

Dans le langage des townships, les ghettos sud-africains, le terme Tsotsi désigne un voyou, un gangster. Le héros du film, qui a oublié jusqu’à son propre nom, est prénommé de la sorte dans le bidoville dans lequel il réside avec ses amis. Aprés une soirée trop arrosée au cours de laquelle il tabasse l’un d’entre eux, Tsotsi s’enfuit et se retrouve dans une banlieue aisée. Là il vole la voiture d’une femme en train de rentrer chez elle, lui tire dessus et s’enfuit au volant de l’auto. Au bout de quelques temps un enfant se met à pleurer dans le siège bébé à l’arrière…

Un Oscar vraiment pas volé pour un film souvent émouvant et parfois drôle. Les acteurs jouent juste, la réalisation est soignée et l’histoire est un prétexte pour nous montrer la violence de la société sud-africaine, la vie dans ces bidonvilles habités exclusivement par des noirs malgré la fin de l’Apartheid.

Quand le cinéma croise le social, ça fait souvent (pas toujours) un bon film, c’est le cas de « Mon nom est Tsotsi ».

Publicités